The Legend of Heroes Partie 5 : Modernisation difficile.   PAR Haganeren 






Peut-être que mes lecteurs assidu ( en ai-je ) l’lont remarqué mais cela un moment que je n'ai pas parlé de Falcom ! Non pas que les jeux ne soient pas sortis bien au contraire mais il faut reconnaître que leurs détails de développement sont si similaire à Cold Steel 1 & 2 que je ne trouvais rien à raconter…

… Enfin… Presque rien à raconter. Durant cette partie de dossier, nous aurons donc beaucoup moins d'anecdotes ou de descriptions des jeux en eux même et davantage de descriptions sur l'histoire de la série, la tendance dans lequel Falcom est... Y compris jusque dans les spoils ! ( je préviendrais )

Trails of Cold Steel III

Support : PS4 / Switch / PC...
Développeur : Falcom
Date ( PS4 ) :
- 28 Septembre 2017 ( JPN )
- 22 Octobre 2019 ( US / EU )
Genre : J-RPG


Cold Steel 3 est sorti le 28 septembre 2017 au Japon, presque 3 ans après le second épisode, avant de sortir chez nous en 2019 non pas par XSEED hélas mais par NIS America qui lui octroiera une localisation un peu moins léché.. À ce stade, Falcom semble être au sommet de sa forme après le grand succès de Ys VIII. Non seulement ils sont toujours autant aimés au Japon, mais la série Cold Steel a également attiré de nombreux occidentaux maintenant qu'elle est plus visible sur console de salon.

Initialement, Cold Steel 3 devait à la base s’agir du dernier épisode de la saga… Mais voilà, il y avait plein de choses à raconter et il était supposément impossible de tout faire rentrer dans un seul jeu ! Une histoire qui commence à devenir une habitude chez Falcom…  

[b]Petit élève est devenu prof[/b]

Le prémisse est pourtant sympa puisque le temps a passé, Rean est devenu le pantin d’un gouvernement qu’il désapprouve et dont il doit respecter les ordres. Il parvient cependant à revenir dans la nouvellement créée branche de son école non pas en tant qu’élève… Mais en tant que professeur ! Sentant sans doute que Cold Steel avait un peu trop de personnages, ce troisième opus nous annonce sans trembler des genoux que la classe VII dirigée par Rean n’a que trois élèves… Perso j’appelle ça un traitement privilégié… Même s' ils finissent par être rejoints par deux autres. En vrai ces personnages semblent avoir bien plus de personnalité que ceux du premier épisode ce qui est un avantage certain ! Hélas, on évite pas tous les soucis des épisodes précédents puisque leur point de conflits / d’intérêts seront toujours autour de notre maître de harem : Rean. Ainsi Musse le draguera, Ash le provoquera, Altina s’ouvrira grâce à lui, Kurt le respectera et Juna ne l’aime pas pour des raisons politiques intéressantes… Bref, encore une fois, tout tourne autour de sa petite personne…


Dans ce nouvel opus, Rean est professeur et s'occupe du classe plus petites mais avec des personnages bien plus intéressants.
Hélas, tout est encore centré autour de sa petite personne et les élèves ont bien du mal à avoir une dynamique de groupe sans Rean.



Entre eux, les élèves semblent ne pas spécialement exister l’un pour l’autre. On aurait pu imaginer qu’Altina déteste la façon dont Juna s’emporte avec ses émotions elle qui n’en a pas, que Musse s’amuse à dragouiller Kurt qui est ultra coincé ou que Ash soit mis à part et rejette en bloc la bonté d’une Juna qui veut l’intégrer… Mais non, quasi aucune dynamique existe entre eux puisque tout doit toujours tourner autour du Rean, du joueur. Entre eux, ils parlent donc surtout de la situation présente, de leur professeur voir à la rigueur de leur club… Quelle opportunité ratée ! On aurait aussi pu imaginer ne pas jouer Rean tout de suite, voir qu’il semble avoir fait des choses terribles alors qu’il est notre professeur tout en salivant à l’idée de pouvoir à nouveau le jouer… Mais non, on le joue direct et il accompagne ses élèves partout. Au moins Sarah la prof de Rean pouvait les laisser tranquille !

Bien sûr, cela a été fait pour une raison : tout comme dans Cold Steel 1, chacun de ces élèves représente une certaine problématique de l’univers du jeu et c’est exprimé plus simplement depuis le point de vue “neutre” de Rean. Découvrir ces problématiques sera un peu le but du jeu mais pour prendre un exemple présenté dès le début, Juna, cette élève aux cheveux rose un peu bourrine qui me rappelle un poil Estelle est un personnage qui représente Crossbell, ses intérêts, sa fierté en tant que nation indépendante et pourrait peut même représenter le fan de cette duologie… Parce qu’elle parle tellement souvent et précisément des institutions et des héros de cette partie du monde que j’étais persuadé que ce personnage existait déjà en tant que PNJ dans Ao / Zero alors que… Pas du tout ! Même si le remake de ces jeux qui est finalement sorti chez nous l’a rétroactivement rajouté, ce n’était pas le cas à la base ! Je me suis fait flouer !


Cold Steel III est aussi structuré que le premier épisode avec ses examens, ses sorties et ses entrainements de robots géants !
D'ailleurs ils ont été pas mal améliorés entre temps et ont plus de profondeur que dans le II !



[b]La Cold Steel Structure[/b]

Du coup le jeu se rapproche de Cold Steel 1 dans sa structure scolaire dans lequel on voit le temps passer, avec un petit donjon central à explorer au fur de l’histoire… Un trope que je déteste à chaque fois que je le vois maintenant, tant j’ai l’impression qu’il cache le fait de ne pas savoir comment intégrer le gameplay à l’histoire ! Le highlight de chaque chapitre, c’est bien sûr le voyage vers un lieu de l’empire et si Cold Steel 1 avait pas moins de 6 chapitres présentant 6 lieux différents, ce troisième opus se contentera de 4 lieues à la place.. Mais bien plus détaillés et présentant des problématiques plus intéressantes. Ils seront concentrés pour la plupart sur la partie ouest d’Erebonia au lieu de l’est que l’on avait exploré jusque-là ce qui signifie que quasi tous les lieux sont nouveaux ! En tout cas, le fait d’avoir fait moins de quantité et plus de qualité que dans Cold Steel 1 peut paraître être une bonne chose et dans certaines villes vraiment intéressantes ça l’est ! Mais cela a pour défaut de faire traîner encore davantage le jeu… Et avec une localisation qui paraît un peu moins faite avec le cœur que précédemment. C’était un gros aspect de ce qui rendait Trails in the Sky si spécial pour moi. Ici en comparaison, il y a un nombre impressionnant de PNJ à qui parler à chaque fois et je n’ai pas retenu grand monde de très intéressant.

Pire, chacun de ces chapitres a forcément un “climax” et dans cet épisode, il m’a été difficile d’être trop intéressé par ce que je voyais. Les évènements locaux auxquels on est confronté semblent toujours être à cause d’un même “master plan” par les mêmes méchants qui feront toujours genre ils sont méchants mais qui partiront sans que rien ne soit résolu en balançant, si on a de la chance, une petite information à se mettre sous la dent… C’est prévisible… Et du coup lassant. Du temps de Trails 1, le fil rouge était bien plus ténu, ce qui permettait plus de diversité à ce sujet… Ou alors peut-être est-ce une conséquence du fait que le scénario a été artificiellement allongé pour faire deux épisodes… Comment savoir ? En tout cas du coup le cliffhanger à la fin de cet épisode est particulièrement immonde, comme si c'était plus un twist de milieu de jeu à la base !


Des lieux comme Raquel proche du village massacré d'Hamel ou Crossbell seront visitable.
Il y'en a moins que dans la duologie précédente mais ils ont bien plus d'intérêt !


Tiens et du coup, est-ce qu’il y a encore ces événements qui permettent d'approfondir la relation avec un autre personnage ? Le système de “date” ou on a doit choisir avec qui on passe du temps. Bien sûr ! Et ces évènements sont même encore plus travaillés que par le passé ! Animations spéciales, Donjon uniques (certes pas bien compliqué), petite enquête, mini quête, boss spéciaux ne seront pas forcément rare dans le cas de ces événements toujours assez agréables... Ce qui rend d'autant plus frustrant le fait d'avoir des points limités pour y accéder ! N’allez pas croire que je me suis mis à apprécier le système ! Il a toujours les mêmes défauts qu’au premier jour avec un manque général de conséquence assez agaçant ( 3 jeux que je dis que Laura est la copine de Rean, 3 jeux où rien ne se passe ) et en faisant en sorte que tout semble tourner autour de Rean… Pourtant, le président Kando dit que les joueurs aiment bien ces évènements… Je ne sais pas s' il se rend compte qu’on aime surtout parce qu’il y a un gros travail dessus… Si on imagine que ces scènes avaient lieu durant les quêtes annexes ou un système de scènes un peu à la FFIX je n’imagine pas qu’il y aurait le moindre regret… Et au moins ça évite d’avoir Rean toujours au milieu..

[b]Kiseki Empire ( un jeu de mot fabuleux )[/b]

Ca fait beaucoup de problèmes non ? Et encore, je ne parle pas de la traduction généralement moins “pétillante” que dans les Sky et qui a même reçu une update tellement tous les PNJs semblaient parler de la même manière. Il y a aussi des détails comme le fait que des persos optionnels dans Trails in the Sky SC sont capable de parfaitement participer aux conversations du groupe là ou dans Cold Steel III, il se taisent bien plus.
Le jeu commence également à avoir un problème qui deviendra inhérent à la série : le fait d’avoir trop de personnages. Déjà c’est agaçant à gérer, à leur mettre toute leur nouvelle arme, de bons accessoires ou de bons quartz mais en plus ils n'ont forcément pas vraiment le temps de briller. Le focus a clairement été sur la nouvelle classe VII et l’ancienne paraît donc ne plus vraiment évoluer ou avoir des choses à raconter. Ils ont plus de conflits entre eux, ils savent à peu près ce qu’ils veulent faire et semblent juste être devenu “la troupe qui suit Rean” lorsqu’arrive la fin du jeu.


Comme lié par un vieux contrat, les anciens camarades de classe sont toujours présents et jouables....
... Mais ils semblent avoir ( presque ) tous terminés leur arc de personnage ce qui ne les rend pas très intéressant.



Cerise en bois sur un gâteau déjà pas si appétissant, je ne parle pas de l’OST que j’ai bien moins apprécié avec ses sons plus modernes…. Je ne dis pas qu’il n’y a pas occasionnellement une musiques de boss agréable mais je peine à trouver une musique de ville qui retienne mon attention… Tout au plus je peux apprécier cette petite musique d’une randonnée dans la montagne mais boarf… Non vraiment, il ne reste à l’OST à mon sens que ses musiques “épiques” qui savent encore être très agréables à l’écoute… Après, j’en voyais certains défendre les tracks plus modernes comme Einhel Keep donc c’est sans doute question de gout...
Et bien croyez-le ou non, cet épisode est souvent mentionné comme l’un des meilleurs de la série ! En effet pour tout ses défauts, le jeu réussit vraiment bien à nous mettre dans la peau d’un prof ! Il y’a un côté assez grisant à voir des élèves assez immatures en début de jeu évoluer au fil du jeu sous notre supervision.. On a quand même pas souvent l’occasion de jouer un prof ! Les personnalités de la nouvelle classe VII sont bien plus colorées que celles de l’ancienne et leur nombre moins grand permet de leur donner plus d’occasion de briller. Le jeu a de bons mystères qu’il sait rendre intriguant et il n’y a qu’à la toute fin qu’on peut pressentir que le jeu va prendre une direction scénaristique beaucoup plus contestables…

Avec ça, les combats gagnent un ajout de taille puisque les Overdrives disparaissent au profit des “Brave Orders”; utilisant les mêmes “BP” que les attaques groupées. Il s’agit d’une action ne gâchant pas de tour permettant d’accorder des avantages à l’équipe entière pendant un certain nombre de tours. Chaque personnage en possède un utilisant plus ou moins de ces points avec divers effets, certains soigneront 30% des PVs de votre équipe tout en réduisant les dommages reçus, d’autres augmenteront fortement le nombre de dégats de stun que vous infligez, d’autres permettent plus de critiques ou simplement de faire plus mal… Un particulièrement utile permet même d’absorber tous dégâts magiques… Voir renvoyer tous les dégâts tout court ! Bien sûr, ce sont les ordres les plus chers et qui durent le moins de tours du jeu…


Le système de combat a évolué en retirant les Overdrives et en ajoutant les "Brave Orders" à la place.
Elles permettent d'obtenir un effet passif aussi puissant que "renvoyer toutes les attaques pour 6 tours" !


Pour compenser l'ajout de ce nouvel élément, la plupart des boss du jeu vont se donner des buffs assez important en milieu de leur barre de vie... Voir, un cri pour se soigner un bon tiers de PV ! Quelque chose d'assez agaçant donc même si ce n'est techniquement pas difficile... Juste assez laborieux.

[b]A l’ombre de l’Empire[/b]

J’ai écrit sur cette série de Falcom jusqu’ici par pure passion. Trails fait quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant c'est-à-dire un monde cohérent, vaste, avec un grand nombre de personnages et dans lequel les simples habitants semblent avoir leur importance. Ce sont certes des jeux très longs mais l’équilibre était encore suffisamment présent pour passer globalement un bon moment.

Malheureusement, c’est aussi à partir de Cold Steel III que je vais commencer à avoir de véritables problèmes avec la façon dont l’histoire est développée. Vu qu’il y aura des (certes pas bien grave ) spoilers, j’ai décidé pour que l’article ne soit pas trop long de mettre tous mes griefs dans l’article sur Cold Steel IV.
Mais entre les choses que j’ai dites ici, et celles que je développerai par la suite, Cold Steel III est pour moi le début d’une véritable déception envers Falcom.


Cold Steel III est un épisode très apprécié pour l'évolution des élèves et les dramas présent dans le jeu.
Mais moi, j'avais déjà vu que quelque chose n'allait pas... Voyons si ça se confirme à l'épisode suivant..




Trails of Cold Steel IV

Support : PS4 / Switch / PC...
Développeur : Falcom
Date ( PS4 ) :
- 27 Septembre 2018 ( JPN )
- 27 Octobre 2020 ( US / EU )
Genre : J-RPG


Cold Steel IV sortira le 27 septembre 2018 au Japon, soit un an après le précédent épisode de leur point de vue. Quand au reste du monde, ils ne pourront avoir accès au jeu qu'en octobre 2020 ce qui correspond également à un an depuis le précédent épisode sur leur territoire ! NISA a beau être critiquable sur le plan de la traduction, il faut reconnaitre qu'ils sont à l'heure ! Un épisode par an, on en rêvait du temps de Sky Second Chapter ! Que de temps parcouru depuis.... On est maintenant au climax de l’arc ! La fin d’une histoire qui dure depuis près de 15 ans…  Depuis 2007 en réalité ! Avec la création de nombreux éléments de scénario dans Trails in the Sky : The Third.

Pour rappel ( d’autant que je n’ai toujours pas écrit leur partie ), Falcom avait toujours prévu d’écrire l’acte d’Erebonia après Trails in the Sky, mais a préféré enchaîner sur l’état de Crossbell pendant deux épisodes qui a servi d’introduction pour ce grand arc narratif. Cold Steel lui-même a finalement duré 4 épisodes… 5 même comme on le verra après mais n’allons pas trop vite. Souvenons nous

[b]Mémoires et Mélodies[/b]

Le 3e épisode se terminait de façon terrible ! Rean était capturé, ses élèves sont tous tristes, aie aie aie, que peuvent-ils faire ? C’est l’occasion de réintroduire les anciens amis du maître du harem ainsi que de vieilles connaissances ! Pourquoi pas ? Moi de base je suis ravi de revoir par exemple Estelle Bright, l'héroïne de Trails in the Sky mais il faut bien reconnaître qu'elle n'apporte pas vraiment grand chose à l’histoire. En plus, je lui trouve moins de présence qu’auparavant et n’a même pas ce role “d’instructeur” qu’elle possédait un peu dans Trails from Zero… Et puis alors ch’ais pas pourquoi, ils l’ont un peu sexualisé sur son modèle 3D. Je pense que tous les modèles de persos féminins du jeu sont un peu comme ça mais ça m'a encore plus choqué sur ce personnage que l'on connaissait d'avant. Désolé mais quand je vois qu' Estelle a maintenant un short ultra moulant mettant en avant ses fesses rebondies…. Je ne dis que la série n'avait pas besoin de ça.


Oui, oui Falcom, je suis content de revoir Estelle et ses pôtes de Liberl mais.... C'était obligé le short super serré ?
Et puis c'est fou comme elle a perdu en répondant dans cet épisode...


En vrai, cette première partie sans Rean pouvait être sympa sur le papier mais il est vraiment trop évident que le jeu ne fait que gagner du temps et que l’histoire n’avance pas. En prétextant des retrouvailles, les élèves piétinent et nous font piétiner pendant près de 50 heures avant qu’enfin, le milieu de jeu arrive et que Rean se libère et puisse reprendre le scénario. Au moins, quand Cloud est mis de côté dans FFVII, le reste de la team continue à se battre contre la Shinra ! Et pendant 7 heures, pas 50… C’est bête parce que le jeu est très critiqué pour son rythme à cause de ça alors qu’en réalité, se séparer de la structure de l’école m’a fait un bien fou !

Un autre domaine dans lequel Falcom reste inattaquable, ça reste l’OST. Même les musiques sont d’un tonneau si similaire que je suis surpris de ne pas les avoir vu réutiliser plus de track. Comparé à avant,elles ont une tendance beaucoup plus dramatique comme la musique du Labyrinthe Saint-Gral qui sonnerait presque comme le dernier donjon alors que pas du tout puisque le vrai dernier donjon  va largement plus loin dans l’épique vraiment Falcom sait faire ces musiques là. Comme dit lors de Cold Steel 3 cependant, je trouve que les musiques de villes sont quand même moins intéressantes que ce que Cold Steel 1 et 2 avait pu proposer. Le grand nouveau village de Cold Steel 4 Eryn typiquement sonne encore comme quelque chose < a href=”https://www.youtube.com/watch?v=vyuJRJ6GQ5k&list=PLzFTGYa_evXjIHj3YW0Xp5PiVzjpd-IBG&index=5”>d’ultra émotionnel, ultra épique ce qui nuit un peu à la diversité de l’ensemble. Bien sûr, c’est “un peu” compréhensible vu que le jeu en lui même est pensé comme un climax mais l’idée d’avoir un climax de 100 heures est assez absurde en soi…


Allons allons, je suis sûr qu'il va très bien.
Vous me croyez si je vous dit que j'ai eu des débats énervés lorsque j'osais dire que Rean était super edgy ?


Bizarrement, il y’a eu en réalité de vrais plainte contre la musique du jeu, contre un compositeur en particulier Mitsuo Singa qui s’est pris la haine d’une minorité de la communauté pour avoir “massacré” selon eux les musiques de Trails in the Sky lors de ses remakes. S’en sont suivi des commentaires assez négatifs les premiers jours sur ses musiques mais largement effacés depuis. Personnellement j’ai généralement horreur des remakes qui dénaturent le contexte original d’une œuvre par conséquent je n’en aurais pas tenu rigueur au compositeur… Il ne pouvait qu’échouer ! Au contraire même, dans le cadre de Cold Steel IV, Singa nous offre des musiques de combat qui sortent un peu du grandiose et pompeux des autres musiques, ça fait beaucoup de bien ! L’un de mes moments favoris de Cold Steel IV restera après tout le combat contre un certain Mc Burn, un personnage que l’univers a bien réussi à nous vendre comme surpuissant et dont l’affrontement sous cette musique Deep Carnival reste un de mes moments favoris tant on ressent absolument une tension brute, sans fioriture là où au contraire, un Neck or Nothing est plus ronflant, moins mémorable à mon goût au milieu de toutes ces musiques épiques.

[b]Finis ton Cold Steel ![/b]

En général dans les duologies de Falcom, on a un premier épisode qui instaure un univers avec un évènement quand même marquant à la fin et un second épisode qui refait visiter cet univers mais avec des révélations et des évènements globaux qui recontextualise tout ce qui a été exploré jusque là. Malheureusement pour lui, Cold Steel III et IV n'étaient pas censés constituer une duologie à la base. Du coup il a déjà balancé beaucoup de ses révélations dans le 3e opus et commence à un moment qui devait sans doute être le milieu de jeu dans l’idée originale. Ca fait que la fin très intense de l’opus précédent mène à un début étonnamment calme dans ce 4e. On sent que le scénario est mis de côté afin que le jeu ait une durée de vie comparable aux précédents ( une bonne centaine d’heure tout de même ) et qu’on nous fait courir partout dans les coins d’Erebonia pour aucune raison vraiment valable.


Cold Steel IV a souvent été décrié et entre autre pour un début dans lequel on sent que le scénario n'avance pas trop...
On a eu tellement de révélation dans le III ! C'est vraiment le moment de battre des monstres randoms ?


Cela fait que l’épisode est souvent considéré comme une déception au sein de la communauté, ne serait-ce que par cette cassure dans le rythme. D’autres trucs semblent moins travaillés comme les moments que l’on choisit de passer avec des personnages plutôt que d’autres qui ont plus de donjons ou de moments d’exploration ou encore des trucs cachés obligatoire pour le 100% peut être encore plus salaud que d’habitude !

Son scénario lui est aussi reproché bien sûr mais en vrai beaucoup des éléments problématiques pouvaient être retracés dès les débuts de la série. Ainsi il faut bien comprendre que jusque là, les Trails marchaient beaucoup avec des “mystères”. Genre chacun de leurs jeux ont un début plutôt lent, un rebondissement au milieu et une fin en suspens promettant beaucoup et poussant à acheter l’épisode suivant… Avant que ce dernier ne reparte à son tour sur un début tout aussi lent. Pour compenser, Falcom a commencé à introduire des séquences explosives au début, souvent un "flash forward" du rebondissement de milieu de jeu, ce qui réduit l'impact de ce dernier. Cela fait qu’en dehors du début, du milieu et de la fin, on devine que les chapitres n’ont “pas tant d’importance” en soi, ils auront un climax oui mais on sait d’avance que les antagonistes ne seront pas arrêté, qu’ils se téléporteront après avoir donné une petite phrase alors même qu’on les a battu en combat ! Mais Kiseki est un monde très aimable où les méchants ne nous tuent jamais vraiment mais où les méchants peuvent toujours se barrer une fois qu’on les a battus sans grand problème. Cela forme, à force, une certaine frustration.


Plein de "tropes" qu'a toujours utilisé la série deviennent de moins en moins supportable. Je te jure que le délire des méchants
qui font "une expérience" avant de se barrer sans rien donner comme indice, au bout de 6 jeux, ça commence à bien faire.


Tout ça, ça a toujours été “un peu là” même du temps de Trails in the Sky Second Chapter mais c’est bien plus exacerbé dans Cold Steel… Parce que bon, après pas moins de 4 épisodes de 100 heures, on commence à voir les ficelles et on commence à vouloir quelque chose de plus concret, on veut la résolution de ces mystères. De ses problématiques. Et en vrai tout aurait pu être pardonné avec des révélations à la hauteur… Malheureusement pour lui, Cold Steel IV n'a pas convaincu ses fans dans sa résolution… Et moi non plus.

[b]Nombril de héros. L’histoire de zéro.[/b]

Spoiler:

Voilà, nous entrons dans la partie spoiler… Car tout de même, après quatres jeux, il y’a quelques griefs qui se sont accumulés et donne l’impression que Falcom s’est attaqué philosophiquement à quelque chose de trop ambitieux pour lui. On connait tous le cliché du méchant empire qui veut envahir le gentil royaume et Trails in the Sky jouait déjà avec cette idée. Du coup, la retourner en te proposant de jouer “les méchants” donc, voir le point de vue de l’envahisseur, c'est absolument génial ! Qu’est-ce que cela signifie de vivre dans un pays colonisateur confronté à ses contradictions ? Tous les pays occidentaux retiennent leurs souffles et le Japon pas mieux !

La réponse de Falcom est de base, assez neutre. En gros, les habitants n’en parlent pas, ou très peu. Ils ne se mêlent pas de la politique et s’occupent juste de leurs petites affaires. Forcément, pour un Français qui vit dans un pays qui tourne à l’extrême droite, ça peut faire hausser le sourcil, mais de la part d’un Japon qui est très dépolitisé, c’est compréhensible… Admettons. Le début était en vrai prometteur, le chancelier Osborne était jusque là présenté comme un leader puissant, ambitieux et dangereux. Autant dire que lorsqu’à la fin de Cold Steel 1 il semble se faire assassiner par des terroristes constitués de personnes qui ont tout perdu à cause de l’ambition expansionniste d’Osborne, J’avais trouvé ça osé ! Ces terroristes, dont notre ami "Crow" fait partie, étaient eux-même instrumentalisés par leurs financeurs : le clan des nobles qui veulent regagner de l’influence car Osborne était d’extraction roturière et qu'ils trouvent ça insupportable. Ainsi, l’entièreté de Cold Steel 2 se passe contre une classe dominante qui veut assouvir encore plus sa domination… Pourquoi pas…. Même si à la fin, on voit que Osborne en fait, il est pas du tout mort, qu' en fait il a tout prévu et que du coup c'est notre ami "Crow" qui meurt à la place. Outch ! C'est une très belle scène pour le jeu.


Pour comprendre d'où vient mon désenchantement pour le scénario de Cold Steel IV, il convient de revenir en arrière.
Souvenons nous ! Cold Steel 1 et l'assassinat d'Osborne. Cold Steel 2 et la mort de Crow. Des moments incroyables !
... Mais finalement aucun de ces évènements n'étaient "réel", Osborne est vivant, Crow est revenu à la vie...


À ce stade, je vois que le jeu n'assume pas VRAIMENT ses twists puisque des personnages présentés comme mort reviennent à la vie ! C’est un peu comme si ce faux meurtre était juste là pour justifier un jeu supplémentaire ( Cold Steel 2 est pas très apprécié par la fanbase… Même si c'est mon favoris ! ) et que la vraie histoire pouvait reprendre après cette parenthèse… C’est un peu cheap… Mais bon, c’était la première fois que la série me faisait un truc comme ça et elle ne traîne pas à redevenir intéressante ! Osborne attaque immédiatement Crossbell, théâtre de deux jeux précédents, remettant en jeu cette promesse de voir le conflit du point de vue des “méchants”… Et alors encore mieux, Rean après la révélation qu’il est le fils d’Osborne, devient carrément le bras armé de cette colonisation en aidant à conquérir plusieurs petit pays de Zemuria. L'épilogue de Cold Steel 2 est incroyable ! Se déroulant dans une partie de Crossbell et obligeant à faire face au héros de Trails from Azure et Trails of Zero qui lui se bat pour l’indépendance de son pays ! Ouah ! Vivement Cold Steel 3 non ? C’est dans cette ambiance que j’avais écrit la partie précédente !

Et puis finalement……… Non. Cold Steel 3 a une réponse… Pour le moins étrange à cette situation. Rean s’en veut énormément pour ce qu’il a fait et c’est très largement exploré dans la série. Il s’auto apitoie tellement qu’il en devient encore plus énervant qu’avant ! Alors que de l’autre côté, PERSONNE ne semble lui en vouloir vraiment pour ce qu’il a fait. Ses amis le rassurent, North Ambria qu'il a pourtant attaqué le prend carrément pour un héros car la colonisation s’est faite sans goutte de sang versé… COMME PAR HASARD. Quant à Crossbell, oui, le personnage de Juna incarne ce grief mais il est finalement présenté davantage comme l’élucubration d’une adolescente pas très futée plutôt qu’une revendication politique qui me semblait un peu justifiée. Finalement, elle verra bien que Rean est un type vachement sympas, d’autant que-COMME PAR HASARD-Rean lui a sauvé la vie durant la colonisation en s’interposant alors qu’elle se faisait attaquer par des troupes de la République de Calvard… Parce que'ux ne savent pas faire de guerre propre contrairement à l’Empire faut croire…

Bref, finalement, la culpabilité de Rean est traitée comme quelque chose d’inhérent à lui, sur si LUI arrive à se pardonner plutôt que le monde extérieur…. Après tout, a-t-il vraiment fait quelque chose de mal ? C’est incroyablement nombriliste et une réponse très décevante à la culpabilité que peuvent ressentir des soldats instrumentalisés par un pouvoir colonisateur. Un thème maintes fois abordé dans bien des films… Mais il y a pire ! Car de l’autre coté, Ash, un autre élève typé “délinquant” avait lui aussi des griefs contre l’Empire mais sur un vieux massacre qu’il avait commis, un massacre d’ailleurs déjà exploré dans Trails in the Sky. Il tira non pas sur Osborne ( qui ne meurt pas quand on lui tire dessus de toute façon ) mais sur le gentil empereur qui n’a pas l’air d’y être pour grand-chose malgré sa position de pouvoir.. Ah ! Que n’avait-il donc pas fait ! Sauf que voilà, la vérité c’est que Ash malgré qu’il ait un très bon motif pour commettre cet attentat ( non pas qu’il ait “raison” mais ça ne parait pas “illogique” ) ne l’a en réalité pas fait de son plein gré mais en étant contrôlé par une mystérieuse force…


On croyait se battre contre l'autoritarisme dans Cold Steel mais Falcom évite toutes les questions difficiles.
En gros, tous ces gens sont contrôlés par une "ancienne malédiction" qui fait qu'ils deviennent guerrier et méchant.
C'est nul.


Oui, Erebonia aurait une “malédiction”, une sorte de dragon / dieu maudit qui dormirait depuis des temps immémoriaux en lui et qui obligerait ses dirigeants à devenir des va-t-en guerre conquérants… Oui, Ash était innocent, l’Empire était innocent… C’était la MALÉDICTION qui était méchante ! À partir de là tous les antagonistes semblent déjà très fortement dé-responsabilisés de quoique ce soit… Pire, tous les méchants préparent en vrai la FIN DU MONDE tout simplement, et là dedans y’a même l’une de nos copines de classe Millium qui semble nous trahir, un autre de nos senior aussi… Plein de révélations comme ça mais…. J’étais déjà très circonspect… Parce qu’un personnage qui ressemblait à Crow était alors revenu dans le scénario… Est-ce que Falcom allait oser le ressusciter alors que sa mort est l’une des scènes les plus touchantes de Cold Steel 2 ? Au début on sait pas, Falcom entretient le mystère et puis…. Ben oui c’est lui, il regagne ses souvenirs et hop, Crow n’est pas mort en fait ! Ce manque TOTAL d’engagement dans ce que le scénario propose pour éviter à TOUT PRIX qu’on puisse reprocher quoique ce soit aux antagonistes du jeu est sidérant et m’a plongé dans une profonde apathie. Du coup à la fin de Cold Steel 3 j’étais à peu près sûr que le gentil empereur n'était pas mort non plus, que Ash serait pardonné vu qu’il était manipulé, que Osborne aurait une excuse valable pour être “méchant”, que les traîtres n’avaient pas vraiment trahis ou alors sont contrôlés… Bref… Bref…

[b]L’excuse du vilain dragon réactionnaire.[/b]

Cold Steel IV ? Ben dans Cold Steel IV on ne fait que poursuivre tout ça ouais. On fait même parler ce bon Loewe mort dans Sky Second Chapter ce qui, pareil, est comme ne pas totalement assumer sa disparition. A la fin les personnages n’ont à répondre d’aucune de leurs actions alors qu’ils allaient littéralement déclencher la fin du monde et de toute façon, ces guerres ne semblent causer aucun mort puisque je parle à tous les PNJs de cette série depuis le début et les seuls morts mentionnés sont dans le passé ! Le massacre d’Himel, ça ils peuvent pas nous l’enlever, c’était un truc de Trails in the Sky ! Et bien oui, sachez que l’officier derrière ça, un petit noble, quasi un roturier en vrai, a déjà été exécuté, sa politique était déjà la même que les nobles de Cold Steel II, et même qu’Osborne le grand méchant s’était opposé à ça, du temps où il était gentil…


Dès que y'a quelqu'un qui dit un truc un peu de droite Rean commente "Hum, sans doute un coup de la malédiction".
C'est à crever de rire ! Mais ptêt que y'a VRAIMENT des gens qui vote Zemmour tu sais pas ? A moins que Bolloré soit la malédiction ?


Et oui alors du coup Osborne, il était contrôlé ? Oui, bien sûr qu’il l’était, même si son histoire est un peu plus complexe que cela (et en vrai “tout” est un peu plus complexe que ça ) mais globalement il part comme un mec “qui a fait ce qu’il a pu”. Toutes les questions difficiles-et donc intéressantes- que posait Cold Steel sont donc évacué ainsi… Jusqu’au ridicule ! La population de l’Empire semble être en accord avec la politique expansionniste de son gouvernement à certains moments clés mais…. On voit une aura sombre autour d’eux, ils sont possédés par la malédiction ! Lorsqu’ils crient “Mort à Calvard”, leurs ennemis naturels, ils ne le pensaient pas vraiment…

J’entends souvent dire qu’une bonne histoire est celle qui évite tout manichéisme et en cela, Trails a toujours été exemplaire. Dans Trails in the Sky : First Chapter qui se passe dans le royaume de Liberl, la prise du pouvoir autoritaire par les militaires est faite par une peur sécuritaire. Le méchant pensait sincèrement qu’il faut se préparer à la guerre maintenant pour lutter contre l’Empire et… Il n'avait pas totalement tort dans son analyse. Les héros ont cependant préféré prendre la voix de la discussion afin de calmer le jeu et de réduire les chances de déclarer une nouvelle guerre… Une position tout à fait raisonnable…. Mais dans Cold Steel, il semblerait que la question de “ça fait quoi de vivre dans un empire colonisateur” était trop lourde à porter pour une série connue dans son côté limite tranche de vie et cosy. Qu’il fallait à tout prix éviter que les personnages soient détestés par les fans et que donc il ne fallait surtout pas qu’ils puissent paraître coupable de quelque chose d’inexcusable ou même que le scénario fasse quelque chose qui ne permettrait pas de revenir au statu quo… Le problème de faire ça c’est que tout semble entretenir une sorte d’illusion de drama dont l’intérêt s’estompe au fur et à mesure que l’on voit que tout cela n’a aucune importance…


Aucune traitrise n'a d'importance puisque les gens sont manipulés...
Et pour ceux qui ne le sont pas, rho ils sont sympas quand même, on peut leur pardonner...
Même Rean il y croit pas là ! T'as pas honte de dire un truc comme ça Osborne ?


…. Ca c’est si je suis sympas. Mais moi je vois bien que derrière tout ça, Cold Steel entretient un certain nombre de poncifs réactionnaire. La colonisation est vue comme quelque chose de “globalement positif” puisque ça entretient l’économie. Le quartier pauvre de Crossbell a même complètement disparu dans Cold Steel grâce aux colons qui ont gentrifié la zone. Cela a eu pour effet de faire disparaître la pauvreté au passage… Puisque les PNJs qui étaient là bas sont déplacés à d’autres endroits de la ville. Contrairement à un Final Fantasy ou un Wild Arms, Falcom manie ici des sujets graves de société sans la moindre allégorie. Et il le fait en niant absolument la violence des concepts qu’il décrit. Si dans la réalité la colonisation se fait avec des massacres, des viols, l’humiliation de la population occupée qui ont moins de droits que les colons, la suppression de leur identité ainsi que leur appauvrissement. Dans l’univers magique de Kiseki, pas de massacre, pas d’humiliation, seule la suppression de leur identité reste.. Crossbell veut devenir indépendante pas pour vivre mieux mais parce qu’ils ont la fierté d’être des habitants de Crossbell… Une vision identitaire dans laquelle j’ai un peu du mal à me reconnaître… Et qui justifie d’autant plus le discours de “oui bon, on vous a envahis mais c’est dans le passé, les rancunes n’ont pas à rester.. “ “et puis tous les membres d’Erebonia ne sont pas méchant…” limite un discours qui blâme la victime qui veut se défendre. De l’autre côté, si l’Empire semblait avoir “un problème avec son système de classe”, finalement, cela a été très peu discuté, les nobles gentils sont des gens incroyables qui méritent de part leur compétences d’être au dessus des autres, les nobles méchants le sont souvent par jalousie mais sont punis par le système car le roi a du discernement, le peuple sont des gens braves, courageux, qui travaillent bien et aiment la famille royal… Bref, le système marche et Falcom nie complètement les situations injustes que crée le système en stipulant qu’il s’agit juste de quelques individus qui abusent de leur autorité.

Ne parlons pas de l’autoritarisme, une véritable dérive dont on ressent les effets en ce moment et qui s’explique sociologiquement par tout un tas d'aspects dont la peur. Moi, si on m’avait dit que la population d’Erebonia était maintenu dans la peur de son voisin, la puissante république de Calvard à cause des médias par exemple et que du coup un certain d’entre eux en viennent à demander “de l’ordre” et “de la discipline”, là tout serait justifié ! Mais non, ces pensées n’existent que sous la forme d’une malédiction qui dééresponsabilise tout le monde ! Dans un monde où les violences systémiques n’existent pas, soit les individus sont naturellement mauvais, soit ils sont influencés par une obscure malédiction. Cette vision réactionnaire, je l’avais aussi trouvé dans Ys IX et ça a mis un peu fin à mon enthousiasme remarqué pour Falcom… Les prochains épisodes de la série auxquels j’ai pu jouer fut Zero et Ao/Azure, qui, si je ne les trouve pas parfait, sont bien plus solides sur ce qu’il raconte.



Aaaah, les Japonais et tout particulièrement le Falcom moderne a un petit faible certain pour la noblesse...
Non Jusis, un vrai noble c'est défini par sa famille et rien d'autre je le crains... C'est le système.


En clair, pour ceux qui n'ont pas lu le spoiler. Malgré le fait que Cold Steel ait des moments forts et des scènes mémorables, son incapacité à assumer pleinement les conséquences de ses twists narratifs et à traiter sérieusement les thèmes qu'il aborde finit par nuire à la crédibilité de l'univers. Plus personnellement, je trouve que ça le rend même assez maladroit sur ce que le jeu dit politiquement de sujets grave comme la colonisation ou la pauvreté.... Et si il y a un truc qui ne doit pas arriver à Trails, c'est que son univers devienne si superficiel qu'il ne soit plus du tout crédible et donc engageant. L'univers, la cohérence, ça a toujours été la grande force motrice de cette série !

[b]The End of Saga ?[/b]

Je pense pas avoir déjà autant enfoncé un jeu sur ce site… Et pourtant, j’ai bien défoncé Final Fantasy VII Remake il n’y a pas si longtemps que ça ! Et il est vrai que ce dernier est “jouable” beaucoup plus facilement, les longueurs sont moins énormes ( ce n’est “qu’un jeu” de 70 heures contre 4 jeux de 100-120 heures ), le côté action gommant beaucoup de lenteur du tour par tour pourtant toujours exemplaire chez Falcom. Mais ne vous y trompez pas, je garde malgré tout une certaine affection pour la série Trails dont le scénario est peut être maladroit, peut être pas en phase avec moi politiquement mais qui a au moins une certaine sincérité dans son approche. Cela fait que même après tout ça… Ben j’ai toujours un peu envie de voir la suite ! Je reste attaché à son univers ! On est très très loin de mon reproche de cynisme sur Final Fantasy VII Remake qui fait que j’ai même pas eu envie de commencer Rebirth malgré l’engouement ( presque ) général.

Je me souviens des premières lignes que j’avais écrite pour mon premier article de Falcom ( Ys I & II Eternal à l’époque, sur la vieille fan traduction avant qu’XSEED la reprenne ), je signalais qu’il y avait des jeux dont l'appeal était ultra clair dès les premiers instants. Shin Megami Tensei avec son setting moderne et son ambiance satanique, Tales of et son système de combat ultra dynamique, Terranigma qui te propose de recréer le monde. C’est clair, c’est net, et puis il y a Falcom qui te propose une aventure… Classique… Comme tu sembles déjà la connaître. Des héros, des royaumes, des empires, des gentils, des méchants mais il y a un “je ne sais quoi” qui fait que là, contre toute attente devant des poncifs aussi éculés, ça marche. Beaucoup de mes dossiers sur la compagnie ont été fait dans l’espoir de trouver ce “je ne sais quoi”. Des fois il s’agit d’un rapport au réel plus présent qu’escompté,  une cohérence de monde qui nous le rend tengible, des musiques chouettes, un gameplay au poil voir un petit souffle nostalgique qui me rend tout chose dont Ys I est peut être le représentant le plus puissant pour moi. C’est un équilibre et tant qu’il est présent, il est très facile pour moi d’ignorer plein de choses pour me concentrer sur le positif. Sur ce que Falcom procure et qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.


Bien sûr que le jeu a encore des qualités, je suis toujours très attachés à tous ces personnages l'air de rien.
En plus, la traduction est meilleurs cette fois ce qui permet d'avoir ce genre de phrase marrante de temps à autre.


Ici, à la fin de Cold Steel IV, l’équilibre est rompu pour moi et du coup tout me paraît beaucoup plus inexcusable. Le harem était supportable, tant que le reste du monde ne semblait pas tourner autour du héros. La lenteur était supportable, tant qu’on avait pas l’impression que seul le milieu et la fin de chaque jeu comptait. Le côté “classique” voir “traditionnel” ( que je suis allé jusqu’à qualifier de réactionnaire ici ) était supportable, tant que l’univers m’apparaissait comme tangible et ses enjeux réels. Cet équilibre, il n’est pas brisé pour tout le monde, de nombreux fans pensent toujours que le négatif qui a toujours existé au sein de la série est transcendé par le positif qui est toujours présent. Des personnages détaillés, chacun avec sa place dans un monde logique, cohérent, une immense saga d’une ampleur inégalée dans l’histoire du jeu vidéo dans lequel Falcom parvient toujours à y insuffler quelque chose d’épique… Et cela avec relativement peu de moyens. C’est clair que ça mérite le respect.

Et en vrai…. Je comprends cette opinion et c'est pourquoi je ne souhaite pas abandonner la série. Quand je regarde une map de Zemuria je suis capable de reconnaître la majorité des lieux présentés et je sens que je suis encore très impliqué dans cet univers !


Il me suffit de regarder une carte de Zemuria pour retrouver une partie de mon excitation pour la série. Tant d'endroit à explorer !
Falcom, il arrive à avoir un "équilibre" qui rend ses jeux spéciaux plutôt qu'une grosse originalité... Même si là, l'équilibre se brise un peu en moi.


De plus, les premiers retours du prochain arc de la série semblent plutôt positifs avec une histoire qui s’assume davantage, moins de personnages, des morts qui restent morts… Certes je suis un peu inquiet de la façon dont ils vont gérer “le problème d’immigration au sein de Calvard” vu leur passif politique mais à part cette crainte, ça donne plutôt envie. D’ailleurs, à l’heure où je relis ces lignes, le jeu est sorti et je n’ai plus qu’à aller le chercher ! Le second épisode de cet arc ayant été assez mal reçu, il s’agirait même du dernier arc du jeu ! Avec un dernier épisode nommé “Goodbye Zemuria” prévu à la fin de l’année au Japon… Je ne pourrais pas m’empêcher de m’essayer à cette ultime trilogie d’autant que je vois l’image d’une base spatiale avec sa fusée tournée vers le ciel et je trouve l’idée vraiment super ! L’un des aspects les plus cools de la série est de voir la technologie évoluer au fil des épisodes. Je ne peux m’empêcher de penser qu’elle évolue un peu TROP vite et que, par exemple, mettre des ordinateurs si performant étaient une erreur mais un programme spatiale façon années 70. Là ça parait au contraire très à propos !

Tout cela parait très bien, mais avant ça il y a un autre jeu dont il faut bien parler… Hajimari no Kiseki comme je continue à l’appeler ou Trails into Reverie.


Malgré cette image, Llyod, le héros de l'arc Crossbell ne servira pas à grand chose dans Cold Steel IV.
Il aura un role bien plus important dans le jeu suivant cependant... Si j'ai le courage de la finir.


Trails into Reverie

Support : PS4 / Switch / PC / PS5...
Développeur : Falcom
Date ( PS4 ) :
- 27 Aout 2020 ( JPN )
- 7 Juillet 2023 ( US / EU )
Genre : J-RPG


Je ne m'attarderais pas sur cet article par peur de me répéter. Sur le papier, Trails into Reverie est aux Cold Steel ce que Trails in the Sky : The Third était aux Trails in the Sky. C'est-à-dire, une sorte d'épilogue, prétexte à retrouver nos personnages préférés et à ouvrir potentiellement des portes vers des petites histoires complétant l’univers du jeu.
À l'époque j'étais très enthousiaste sur ces petites histoires car elles étaient l'occasion de découvrir de nouveaux personnages qui deviendront pour souvent très importants par la suite du scénario de la série. Ainsi l'une de ses histoires présentait au joueur l’enfance d'un des héros, une autre un terrible évènement surnaturel inexplicable qui terrassa un pays pour des raisons mystérieuses… L’une d’entre elle présentait même Osborne chancelier de l’Empire et personnage central de l'arc qui se termine. Pour compenser le scénario principal était vraiment chouette mais se trouvait dilué dans une sorte de grand donjon à parcourir reprenant des environnements bien connus mais en dehors du temps pour ne pas avoir à justifier grand chose… Quelque chose qui m’avait assez déçu à l’époque.

Je pourrais donc être heureux de voir qu’il y a pas moins de trois scénarios principaux dans Trails into Reverie bien ancré dans l'univers ! L'un de ces scénarios est sur l'ineffaçable Rean, un autre sur ce bon vieux vieux Loyde héros de l’arc Crossbell et le troisième, enfin, porte sur le mystérieux “C”. L’histoire se situe principalement à Crossbell dont le destin s’est un peu fait voler la vedette par la FIN DU MONDE à la fin de Cold Steel IV. Finalement, il semblerait qu’ils vont bien réussir à reprendre leur indépendance ( même si moi je les trouve pas si non aligné que ça vu les nombreux liens avec Erebonia qui ont été tissés mais bon hein ) jusqu’à ce que soudainement, un viell ennemi refasse son apparition ! Un certain Rufus Albarea, le bras droit d’Osborne et le plus fort représentant de sa politique expansionniste même si… Il semblait s’être calmé en prison après sa défaite dans Cold Steel IV…. Normalement après une pareille défaite, dans le monde merveilleux de Kiseki, tu ne dois plus t’accrocher à tes anciennes valeurs mais accepter celles du héros ! Mais au lieu de ça, Rufus semble s’être échappé de prison et arrive avec une armée bizarrement aux membres bizarrement si puissants qu’ils mettent à terre Lloyd et ses amis pourtant normalement bien balèze ! Rean est un peu laissé de coté pour une fois et ça fait du bien même si ça rend encore plus inutile les nombreux membres de la classe VII qui semblent graviter sans grande conviction autour de l’intrigue.


Comme scénario, Crossbell a été conquise par un pouvoir autoritaire controllé par une force maléfique ! Encore !
Et ça ne s'arrête pas aux prémices, y'a PLEIN de passages qui rappelle des moments déjà vu dans la saga !



Et je les comprends ! Crossbell occupé, c’est un truc qu’on a déjà vu genre trois fois. Des scènes similaires se répètent, les armées dans les rues, le siège de Meinz, refaire le puzzle pour ouvrir le temple hanté et sa cloche magique, le mystère du créateur de poupée… En plus moi, j’ai fait le jeu après avoir terminé Zero / Azure qui sont certes très bons mais où déjà je me lassais un peu de rester dans la même région pas super grande, ça n’a pas arrangé cette impression de refaire une nouvelle fois le même scénario ! Alors ok, ce qui change c’est que cette fois on met l’accent sur Llyod au lieu de Rean alors même qu’il semble avoir totalement terminé son arc de personnage… Non si, son nouvel arc cette fois c’est “on a pas à se sentir responsable individuellement de l’occupation de Crossbell, c’est trop de pression, il faut savoir tendre la main vers autrui”. Pas super intéressant d’autant que je suis à peu près sûr que c’était déjà un arc de personnage pour Rean mais bon…

Comme toujours il y a des rebondissements, des trahisons mais le coté “personne n’est responsable de rien” est encore plus exacerbé. Dans Cold Steel IV c’était une malédiction “ qui se nourrit de la faiblesse du coeur des hommes “, ici, c’est une danse des ténèbres qui rend tout le monde super méchant… Ouah. Pour être honnête, pas grand monde n'a pris au sérieux le scénario du jeu, même les fans les plus fidèles. Je suis semble-t-il l'un des rares à être dérangés par le fait que toute la feature de romance ne mène manifestement à rien à la fin du compte comme je le pensais ! C'est encore pire pour Llyode, dans ma partie de Azure il était quand même TRES proche de Noel mais ici, ce n'est pas du tout pris en compte ! En plus d'avoir contraint la dynamique de groupe, cette mécanique de romance nous fait faire des faux choix qu'il est impossible d'assumer dans la suite de la série ! De mon point de vue elle n'apporte décidément rien de pertinent ! Mais bon... C'est des choses qui ont déjà été exprimé ici...


Le jeu est très proche de Trails in the Sky The Third en donnant l'occasion de contrôler un nombre de personnages délirants.
Mais il y a tellement de personnages dont on doit parler que Reverie ne raconte que bien peu de nouvelles choses comparé à The Third.


Faute de scénario fou, la feature mise en avant est celle du donjon principal que l’on visite au fur et à mesure lors des 4 différents chapitres de l’aventure. Le joueur a alors accès à quasi tous les personnages de la série pour un nombre défiant quasi toute concurrence ! Heureusement, un bon système d’auto équipement peut être utilisé pour perdre moins de temps dans les menus. Ouf ! Les donjons en eux même sont randomisés ce qui permet de les parcourir encore et encore avec différents personnages. Ils ont plus d’évènements que d’habitude genre une zone où tout est noir et donc tout le monde a l’altération d’état “aveugle” ou des groupes d’ennemis qui spawnent pour nous prendre en piège. On sent qu’ils ont essayé de rendre ça plus intéressant que d’habitude en vrai ! Malheureusement il y’a tellement de personnage que c’est assez difficile de s’impliquer réellement dans les différents systèmes de jeu comme je pouvais le faire pour tenter de survivre dans un jeu comme Persona 3. A la fin, on est content que le jeu ne soit pas trop dur mais du coup ça rend le dungeon crawling pas super remarquable et assez insipide au bout du compte.

Au moins, parcourir ces couloirs nous permettent de ramasser un certain nombre de  euh “sphères”. Ces sphères servent de monnaie d’échange contre différents prix que l’on obtient aléatoirement tel un gacha game. ( Rassurons nous, il est impossible obtenir plusieurs fois le même prix ) Il y’en a de plusieurs couleurs, certaines sphères donnent des objets, d’autres de nouveaux personnages jouables voir carrément des mini jeux comme le retour de ce puyo puyo like, un quizz et même un shmup avec les personnages féminins déguisés en magical girl ! Ca se prend bien sûr pas trop au sérieux mais le scénario est peut être un peu trop long pour une simple vanne sur un mini jeu pas très profond. Les plus intéressants cependant sont ceux qui donnent une de ces “mini histoires” qui me plaisaient tant dans The 3rd mais hélas… Elles ont beaucoup perdu d’intérêt. Cette fois, il n’est pas trop question de s’ouvrir à de nouveaux personnages ou mystère qui deviendront intéressant par la suite mais juste de revenir sur l’un des innombrables personnages de Cold Steel pour lui faire un petit épilogue… Quelque chose que j’aurais préféré voir dans Cold Steel IV plutôt que dans un nouveau jeu entier mais bon…


Le jeu se focus beaucoup sur l'exploration de son donjon principal randomisé et il est vrai qu'il y 'a eu des améliorations.
Après, on ne retrouve pas pour autant la tension que j'ai pu ressentir dans un Persona 3, un Baroque ou même Ultima.


Ainsi on aura par exemple “ok, Claire Rieveldt s’est allié avec l’horrible Osborne pour littéralement provoquer la FIN DU MONDE et maintenant, ben mince maintenant qu’il est plus là elle se sent toute perdue ? Heureusement, à la suite de cette petite histoire, on se rassurera dans le fait qu’elle décidera d’aller de l’avant et de se pardonner car en vrai, personne ne lui en veut de quoique ce soit… Évidemment… Et puis elle est si choupie ce serait dommage de la mettre en prison.” ou encore “Hey, vous vous souvenez de cette vanne où on disait que Agate de Trails in the Sky c’était un peu le grand frère de Tita, la petite ingénieuse ? Et bien si on en rajoutait une couche en les mettant encore plus ensemble pour dire que rho ils pourraient avoir une relation sentimentale dans le fond non ?”. En clair, des histoires sur le passé, sur le pardon, sur de l’humour mais qui ne racontent que rarement quelque chose de nouveau à un stade de la série où on en avait grand besoin. Rassurons-nous, il y a quelques histoires que je trouve sympas comme cette enquête au lycée pour fille ( un nouvel environnement ! ) avec Kurt déguisé en fille et le focus sur un personnage “pas très intéressant” qui pourrait totalement être une héroïne de shojo et puis quelques éclaircissement sur le mystérieux groupe d’Ourobouros, c’est facile mais ça marche pas si mal.

Bon, je le confesse, je n’ai pas fini ce jeu. J’en suis au chapitre final dans lequel les antagonistes sont connus, les mystères levés et qu'il est temps de reparler à tout le monde dans Crossbell avant d’affronter le vrai dernier donjon. C’est long, et je suis un peu lassé de tout ça. Pour être juste, Trails into Reverie essaye d’avoir bien moins de longueurs que ses prédécesseurs et c’est tout à son honneur. J’avais parlé en début de review de 3 scénarios et je n’ai pas mentionné le mystérieux “C”... C’est au final avec lui que Reverie a été le plus intéressant à suivre car il fait intervenir de nouveaux personnages avec de nouveaux enjeux qu’on peut prendre plaisir à découvrir. Ainsi, on pourra jouer deux petits assassins qui essayent de revenir vers la vie active, une thématique certes déjà explorée mais avec des personnages assez amusants pour ne pas me lasser. Avec ça, Trails into Reverie possède en son sein un petit roman, une nouvelle qui présente ces deux personnages et leur parcours et c’était juste super sympas à lire ! Voir des éléments de cette nouvelle intervenir au sein de ce tiers d’histoire principale de Reverie avec cette bonne musique de boss qui me rappelle trop Ys est sans doute mon moment favoris du jeu !


Le jeu a trois lignes de scénario s'interconnnectant mais la seule que j'ai vraiment aimé est celle de "C"...
Enfin, surtout ces nouveaux personnages qui donnent un peu de nouveauté à une série qui fait du surplace depuis le III... Un peu.



C’est au final comme ça que je conclurais la chose. Je sens que je suis juste lassé de cet Empire et de cr Crossbell avec un Cold Steel IV qui manquait CRUELLEMENT de nouvelle matière depuis que Cold Steel III avait fait part de ses révélations et c’est encore exacerbé ici. Typiquement, voir les anciens personnages de l’arc Crossbell, tous réunis contre un ennemi commun fait peut être bien sur le papier mais ça gomme également toutes leurs différences, tout ce qu’ils étaient censé représenter et au final, on perd beaucoup de la richesse de l’univers. Comment croire que Llyode va réellement combattre les crimes de la mafia s'il est devenu à ce point pote avec ses différents membres qui n'ont même pas l'air si méchant comparé à un ennemi commun qui organise la fin du monde, typiquement ? L’union est une réponse facile devant un ennemi commun, mais dans la vraie vie, il faut combattre pour ses idées même avec ses alliés, tout est bien plus complexe.. Hum, je parle toujours de Trails là ?

Bref, le fait que je sois malgré tout intéressé dès que Falcom daigne nous présenter le moindre nouvel élément scénaristique me montre que je suis finalement toujours client et que j’ai surtout envie de passer à une autre zone, à d'autres personnages. Cette review d’Hajimari plombe mon dossier pour son inutilité comme le jeu le fait avec la série. C’est basiquement un fan game qui apporte rien de nouveau si ce n'est une transition tranquille de la part de Falcom vers la PS5 puisque le jeu était aussi disponible dessus.... Il était compatible PS VR aussi pour faire un date avec les filles du jeu et d'ailleurs elles réagissent si tu regardes trop leurs poitrines. Je... Bon.... Allez... Vivement la suite... Et vers l'est cette fois !

Retourner à l'indexCommenter sur le forum





A propos de The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel (RPG) sortis en 2013 sur Playstation Vita

DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Ultima: Exodus

Shin Megami Tensei : Devil Summoner - Soul Hacker

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel II