Xbox 360   Zeno Clash   Beat 'em all   2009  PAR Costiome 






Dans la vie, il y a les jeux indépendants. Dans les jeux indépendants, il y a les très bons, les premiers, les moins bons, les inaperçus. Et il y a ceux qui ont voulu créer un jeu qui se démarque des autres, pour réaliser leur rêve : réaliser un monde complètement unique et incroyable. Eh ben c’est ça, Zeno Clash.

Zeno Clash fait partie des jeux créés avec Source, le moteur physique chéri de Valve (on peut comprendre ça quand on sait qu’il a fallu dix ans pour le créer). C’est principalement un jeu de baston à la première personne. Sorti en avril 2010, il se trouve actuellement sur Steam, version PC, et sur le Xbox Live Arcade.

La fugue
On y incarne un jeune homme, Ghat, qui s’échappe de sa ville natale parce qu’il a tué Père-Mère, être monoparental, comme son nom l’indique, et concepteur de tous les habitants du village. Et c’est à travers la fuite du personnage que l’on va voyager jusqu’au bout du monde. Ce parcours sera entrecoupé de phases de Flash-Back sur la jeunesse du héros, jusqu’à l’assassinat de Père-Mère.



Les affrontements
Zeno Clash joue la carte de l’originalité, en proposant des combats à la première personne. Des combats rapprochés, bien évidemment. Chaque affrontement est synonyme de coups de poings bien placés, de parades, de contre-attaques, car évidemment, les divers combattants ne se laisseront pas faire.
Il est aussi possible de ramasser diverses armes à feu primaires (grenade, vieux fusil ou arbalète) pour tenter d’éloigner ses ennemis. Forcément, l’utilisation de ces armes à feu n’est pas très excitante, et le peu d’armes blanches, indispensables pour battre certains ennemis, se révèlent très pauvres puisqu’on ne peut donner qu’un type de coup avec.
Finalement, le plus souvent on préfère se battre au corps à corps, comme un vrai mec, pour le plaisir de placer quelques combos dans la figure de l’adversaire. Un mode de combat dynamique et original comme on voudrait en voir souvent.


Et BIM.


La découverte
La raison pour laquelle je parle de ce jeu, c’est pour son scénario, ni même son gameplay en fait. C’est particulièrement l’ambiance unique qui caractérise le jeu. Les modélisateurs ont fournit un excellent travail. Chaque personnage possède une vraie tronche, il est travaillé, détaillé et vraiment inoubliable, à l’inverse de certains jeux où les ennemis sont sensiblement identiques dans leur style.
Le scénario n’est en fait qu’un prétexte pour découvrir divers paysages variés, des environnements uniques avec leur faune locale. Les animaux habitant ces environnements ont bénéficié du même soin au niveau modélisation. Certaines bestioles sont vraiment recherchées et impressionnantes, je pense notamment aux mastodontes ci-dessous :


En plus, ils sont pas très utiles.


Le déjà-vu
Pour compenser l’énorme travail fait sur les personnages, le jeu devient assez répétitif : en effet, on ne combattra en tout qu’une dizaine de personnages, très différents bien sûr, mais les deux principes du scénario permettent de mettre en scène plusieurs fois les mêmes personnages :
Ghat est en fugue, il est poursuivi par ses frères et sœurs. A chaque fois qu’on tombe dessus, on doit les battre. Alors, bien sûr le lieu est toujours différent, ce qui permet de ne pas trop s’ennuyer, mais on tape toujours les mêmes personnes. De même, le héros subit des flash-backs tout au long de l’aventure, et là aussi, ça permet de retaper sur des têtes déjà connues.
Ainsi, les développeurs font de l’économie de modèle… Je crois qu’aucun des modèles, même les boss, n’est utilisée qu’une seule fois. On a toujours affaire au moins trois fois au même ennemi. Physiquement et scénaristiquement, c’est le même hein.



Nan, sérieux, on peut dire que c'est moche mais moi j'trouve ça superbe.


Le dénouement
Finalement, j’ai été séduit par ce jeu, qui est avant tout une claque visuelle. Alors, il a ses défauts bien sûr, et il y a un passage de lutte contre des zombies avec une arme de lumière qui est vraiment très chiant dans ce jeu.
Mais sinon, il vaut le coup. Tout se joue dans l’ambiance, et ça marche bien. Les voix en anglais s’accordent bien avec le reste du jeu, et il est plaisant d’entendre nos adversaires crier lorsqu’on les frappe. Hehe.

Zeno Clash, il casse des culs :
- Il est vraiment magnifique et envoutant
- Super bonne ambiance et scénario intéressant
- Système de combat à tester
Zeno Clash, il casse pas trois pattes à un canard :
- Redondance des personnages
- Narration de l’histoire pas terrible
- Sérieux, vous avez vu la gueule de Ghat ?

Ca reste quand même un bon petit jeu indépendant. J’vous le dis, moi, faut le tester !



DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Rising Zan: The Samurai Gunman

Braid

Shutshimi