Game Boy Color   Caterpillar Construction Zone   Autre   1999  PAR Drake 






Bon, aujourd’hui, en attendant quelque chose de plus consistant (la suite d’un certain dossier par exemple…), une petite review, vraiment très courte. Soyons honnêtes, je pense que personne ne connaît ce jeu. Ou alors, on vous a maltraité pendant votre enfance. Ou alors, vous aussi quand vous aviez 10 ans vous lisiez Kids’ Mania. Bref, si vous avez déjà joué à ce jeu, vous comprendrez aisément la nécessité d’en faire une review. Sinon, vous allez comprendre.

Sorti en janvier 2000 sur GameBoy Color, Carterpillar Construction Zone, comme son nom l’indique, vous place aux commandes de différents engins de construction ou de démolition de la célèbre marque jaune. Votre objectif dans ce jeu sera de remplir plusieurs missions, de natures très variées, telles que déblayer une route, boucher des trous ou encore construire un pont. Le jeu se découpe en niveaux, avec chacun trois stages, qui se présentent sous la forme de petites maps, votre progression étant assistée par des petits ouvriers vous indiquant où aller et opinant du chef quand vous faites quelque chose de bien (je les adore, ces petits bonhommes !).



J'adore la trogne des petits ouvriers, avec leurs hochements de tête ridicules ^^



Bon, tout ce programme, c’est bien beau sur le papier, mais soyons réalistes, un jeu comme ça n’a aucune chance d’avoir la moindre once de qualité ludique consistante. Construction Zone se joue uniquement avec la croix directionnelle et le bouton A, c’est tout (vous me direz, sur GBC y’a pas 36 boutons…) ! En pratique, on se contente d’avancer sur des chemins plus ou moins prédéfinis en remplissant les objectifs de manière successive, toutes les machines se jouant exactement de la même manière : pilotage avec la croix directionnelle, action avec A (action souvent en plusieurs temps, comme lever la pelleteuse et l’abaisser).



J'ai déjà plus aucune idée de quoi mettre dans la légende...


Vous vous en doutez, le jeu n’est pas bien long, et on a fini les missions au bout de deux heures. Ok, c’est pas comme si on en redemandait, vu le manque total de fun. Déjà, le fait que j’aie résumé la totalité du jeu en deux paragraphes prouve la limite… Graphiquement, les développeurs se sont pas foulé le derche non plus, c’est de la GBC de base, et même si je trouve toujours que ça donne un petit côté mignon au soft, ça montre quand même le manque d’efforts (qui a dit « de moyens » ?) sur ce plan. Autre chose très étonnante à propos de ce jeu : je ne sais pas si ma rom ou mon émulateur déconne (et je pense pas, vu que tout le reste marche nickel), mais tout le long du jeu, je n’ai entendu strictement aucune musique ! Mais rien hein, pas un bruitage quand tu avances, pas un son à l’écran titre, que dalle ! Ce serait franchement pas étonnant de la part d’un jeu comme ça, mais ça augmente encore plus le sentiment de lourdeur qui s’en dégage.




Imaginez-vous ça, sans musique. Un profond sentiment de solitude vous envahit...


Maintenant, vous ne manquez pas de vous poser la question fatidique, à laquelle j’avais promis de répondre dans l’intro : quel est l’intérêt de faire une review sur un jeu comme ça (et encore, vous auriez la politesse d’appeler ça un jeu…) ? Eh bien, je répondrai par une autre question : quel est l’intérêt de sortir un jeu comme ça ? Et c’est une vraie question sérieuse. Il y a quelques années maintenant, principalement à l’époque de la GameBoy (même si l’époque SNES en a vu pas mal, et malheureusement de nos jours la Wii et la DS accueillent aussi des perles), on voyait énormément de jeux avec quasiment aucun concept, une durée de vie minable, un intérêt tellement absent que je me demande pourquoi ce genre de softs voyaient le jour ! Parce que, il faut être réaliste, un truc comme ça n’a pas dû faire plus d’une centaine de copies vendues… Moi, à l’époque, j’avais entendu parler de ce jeu via un magazine (Kids’ Mania donc) qui à l’occasion des fêtes de Noël listait beaucoup de jeux sur les consoles de l’époque. Et le pire, c’est que Caterpillar Construction Zone était pas le seul à être un ovni (ok, il est quand même bien particulier celui-là) ! Bref, je m’interroge. En un sens, ça me fascine. Le fait de me dire que des gens ont passé du temps, ont été payés à faire un truc comme ça, complètement inutile et qui sera jamais reconnu, m’émeut presque. C’est d’ailleurs aussi pour ça que j’y ai joué. En résumé, vous pouvez l’essayer, ça ne vous prendra pas bien longtemps, juste histoire de pouvoir dire après que vous êtes parmi la centaine de personnes sur Terre à avoir jamais osé essayer cette chose. Mais j’espère vraiment avoir ouvert la voie à un débat passionnant, qui bouleversera la communauté d’ACK moai1


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

No one has to die

The Legend of Heroes V : Song of the Ocean

Prince of Persia