PlayStation 3   Hard Corps Uprising   Action/Plateforme   2011  PAR Haganeren 




Hard Corps Uprising


Support : XBox Live Arcade/PSN
Version : Française
Développeur : ARC System Works
Genre : Action/Plateforme


Contra est une série qui a brillé du temps 8/16 bits et a disparu dans les méandres de l'inconscient collectif alors qu'il essayait de se reconvertir dans la 3D. Malgré quelques épisodes 2D « pas trop mal » sur PS2 selon les critiques. Il fallut attendre l'étonnant Contra 4 sur Nintendo DS pour avoir l'un des rares jeux « classiques » à utiliser efficacement le double écran, tout en étant excellent. Fort de ce succès, nous nous doutions que Konami n'allait pas laisser pourrir sa licence mais qui aurait pu croire qu'entre un Contra Rebirth sympathique, ARC System Works, le studio derrière Guilty Gear et Blazblue, s'occuperait du dernier épisode en date : Hard Corps Uprising.

Contra malgré tout.

L'histoire derrière Hard Corps Uprising est particulière. Il semblerait que ce soit une sorte de « suite » de Contra : Hard Corps (testé ici par notre ami Weldou) dans lequel le nom « Contra » n’apparaît même plus. Comme si la série des « Hard Corps » venait de prendre naissance dès à présent.


Tout le monde connait le gameplay de Contra/Metal Slug
Un jeu en 2D avec de la plateforme et des armes à profusion pour se sortir des hordes d'adversaire


Ce serait ceci dit un peu grossier. Le jeu que nous avons sous les yeux est 100% Contra. C'est à dire un jeu d'action/plateforme jouable seul ou avec un pôte. (Nouveauté, on peut jouer en coop sur le online maintenant!) On y retrouve plusieurs bonus d'armes différents comme le « Super Machine Gun » (la mitraillette), « Spread Shot » (des tirs écartés), « Heated Plasma » (un tir de flame chargé) etc... qui conviennent en fonction des situations.
Le joueur a deux stock d'arme qu'il peut remplir par les bonus d'arme. Il interchange cela quant il veut avec Triangle (le bouton du haut...).
Dans tout les contras, on perd son arme si on se prend un tir. Voilà pourquoi il est sage de ne pas forcément utiliser son arme constamment et la garder au chaud, en réserve au cas où.
Bien sûr, il est possible d'avoir deux bonus d'armes aux deux slots d'armes !
Mieux encore ! Si vous prenez un bonus de Super Machine Gun alors que vous avez DEJA le Super Machine Gun, vous aurez le Super Machine Gun Niveau 2 ! Puis, inédit à cet épisode, vous pourrez même avoir le Super Machine Gun Niveau 3 pour encore PLUS de dommage !

La gestion de l'armement est capital dans Contra et c'est cet héritage que conserve majoritairement Uprising parce que pour le reste. ARC System Work a décidé de rajouter sa petite touche personnelle !


Un autre emprunt aux Contras d'origine : Une gachette pour pouvoir stopper son personnage et tirer dans les 8 directions.
Une autre pour pouvoir déplacer son personnage en maintenant le fait de tirer dans une direction.
Il est indispensable de se servir de ça pour certains passages.


Change your style, Change your move

Votre personnage dispose d'un certain nombre de mouvement qui change drastiquement la manière de jouer. Le joueur aura ainsi un double voir un triple saut ainsi qu'un dash aérien assez propre aux jeux de combat de la compagnie. Tout comme Uprising, de nombreuses séquences tirent parti du fait que les personnages peuvent globalement s'accrocher à tout et n'importe quoi.


Autre changement notable : Le joueur a une barre de vie.
Bien sûr, certaines choses vous tuent en un coup (genre les chutes)


Il y'a également le bouton rond, l'étrange bouton rond aux milles actions. Son action la plus courante sera de faire un bouclier ultra ponctuel. En gros, si vous appuyez sur rond au moment où une balle arrive vers vous, cette balle fait un retour à l'envoyeur tout ce qu'il y'a de plus jouissif !

Foncer vers un ennemi et appuyer sur rond permet de l'éviter et d'être invincible durant un petit moment. Un mouvement assez dur à faire en pratique que seul les plus experts n'oublieront pas. Le bouton rond sert aussi à passer rapidement au dessus des caisses et à éclater des sacs de sables (ce qui fait mal aux mecs derrière). Des actions donc pour la plupart extrêmement ponctuelle et dépendant de l'objet se trouvant devant le joueur. Bien sûr, on s'y perd un peu et pour être honnête, j'utilisais rarement certains mouvements. On sent cependant leur potentiel tant certains passages semblent conçu pour leur utilisation.

Ça fait pas mal de nouvelles actions l'air de rien ! En plus de cela ARC System Works semble avoir pris la peine d'ajouter une histoire et surtout un univers à leurs jeux. Les personnages joué ont chacun un background, certes réduits mais existant (y'a même une surprise pour ceux qui ont fait Contra : Hard Corps) et l'ordre des mondes est logique. On passe pas du monde du désert au monde de la capitale sans transition quoi.


Si la transition n'est pas évidente, elle est de toute façon raconté durant le temps de chargement entre les niveaux


Cette cohérence d'univers est quelque chose de vraiment agréable et donne vraiment l'impression de jouer « une grande aventure » au lieu de « plusieurs niveaux ».

Bahamut et Krystal sont donc les deux personnages donné avec le jeu. Bahamut possède une plus grosse hit box et est moins rapide que Krystal mais possède une barre de vie supplémentaire en contrepartie. Il existe (ce qui est scandaleux à mon sens) trois personnages supplémentaire en DLC.
L'un est une fille ninja, l'autre, un ennemi récurrent du jeu et le dernier est un fucking Big Daddy over classe.


Je voulais celui du milieu moi!
Dommage, parait que c'est le DLC le moins intéressant puisqu'il se joue comme les autres.


En plus d'être moins classiques, ils posséderaient chacun des caractéristiques extrêmement différentes des deux premiers personnages ce qui changerait énormément l'expérience de jeu... Mais j'aime pas payer des DLCs... (Dommage, l'un des persos fait des glissades et balance des grenades et l'autre utilise son épée ce qui change pas mal...)

2D VS 3D ? Nan ! 2D ET 3D.

Qu'importe si vous aimez le jeu ou non, personne ne peut nier le talent que possède ARC System Works en matière d'animation de sprite. Tout les « petits » ennemis sont ainsi animé pour un résultat absolument détonnant. Surtout en HDMI. Même si on arrive pas au niveau de Blazblue malgré tout. (Les personnages sont trop petit pour cela) Bien sûr compte tenu du studio, le design est de type "manga" ce qui, mine de rien, est une nouveauté dans la série. Autre particularité qui a fait grincer des dents bien des fanas de la série : Une absence totale de l'ancien bestiaire constitué principalement d'alien. Ici on affronte des robots et on aura deux trois références à des boss passés, rien de plus. Au final, le jeu ne ressemble pas vraiment à Contra dans son ambiance et ses environnements.


Les designs 3D sont souvent réussi mais sont très loin du Contra d'antant... Pas forcément un mal.


Les décors et les plus gros ennemis sont fait en 3D et même si cela ne vaut pas ce qu'il y'a en 2D, cela reste assez convenable pour que l'on puisse parler de graphisme réussi ! Surtout qu'il ne faut pas oublier que le jeu est vendu sur le Xbox Live Arcade et le PSN. Non, HardCorps Uprising n'a vraiment pas à rougir ! D'autant qu'il bénéficie d'une séquence d'intro animé superbe et des séquences de fin (en fonction du personnage avec lequel on a fini le jeu) de la même qualité. Il y'a bien sûr d'autres séquence in game avec une bonne mise en scène rappelant Metal Slug.

Ce mélange 2D/3D est si réussi que l'on aura souvent des petites séquences avec des objets 3D attaquant dans le fond. C'était prévisible puisque l'une des grandes qualités du soft est d'être excessivement varié. Phase à pied banal, Phase sur moto, Phase sur ascenseur, Phase shmup, Phase d'escalade j'en passe et j'ai pas dit le meilleurs ! On va de surprise en surprise dans ce jeu où le level design est écrit par des mains de maître !


Les décors sont parfois plutôt travaillé.


Parlant de main de maître. Daisuke s'est occupé de l'OST de Hard Corps Uprising ce qui était prévisible. On y retrouve des remix « hard rock » de thème connu de la saga ainsi que d'autres musiques qui, à défaut de valoir l'OST des jeux de combat de la firme, sont sympathique à entendre et déménage bien comme il faut !

Les temps ont changés

ARC System Works ne se sont pas contenté de faire un excellent jeu, mais aussi un excellent jeu dans l'air du temps ! Au jour d'aujourd'hui un jeu aussi difficile que Contra est vraiment de la démence pour le joueur actuel. Pourtant, on ne pouvait pas non plus faire moins de piège, faire moins de chose et rendre le jeu plus simple sous prétexte que aujourd'hui, on aime plus ça. Ce serait trahir la série et à ce moment là, autant faire autre chose !

A la place, ARC System Works a prévu un mode, le mode « Uprising » qui est, je considère, le « vrai » mode pour apprécier le jeu. Au fur et à mesure de vos Game Over, vous accumulerez des points que vous pourrez dépenser pour, disons, augmener votre jauge de vie,ou avoir des skills supplémentaires comme les actions « ronds » décrites plus haut. Ou alors avoir directement une arme niveau 2 lorsqu'on la ramasse, ou avoir un triple saut !


Pas de trop pour battre de bons boss bien gros et bien méchant.


Bref, un grand nombre de skill extrêmement diversifié. Bien sûr, au niveau maximum, le jeu en deviendrait trop simple. Mais le but étant que lorsqu'il commence le mode Uprising, le joueur est plus faible qu'en mode arcade, il démarre de plus bas pour augmenter de plus en plus haut. A la fois grâce à ses améliorations mais aussi grâce à ses connaissances des niveaux qui lui permet d'aller toujours plus loin. Souvent les niveaux sont relativement simple une fois que l'on a compris « la technique ». Le mode Uprising permet d'obtenir cette « technique », sans la frustration de recommencer au niveau 1 (même si c'est mieux pour avoir plus de point) propre aux jeux rétros.

Après, lorsque vous serez plus grand, vous caresserez l'idée d'affronter HardCorps Uprising version arcade pour toujours plus de plaisir, mais bien hardcore cette fois. !

Et quelques menus défauts

Oui, car malgré tout Hard Corps Uprising est dur. Faudra pas s'attendre à le finir dès la première fois. Pire que ça, la première fois, il est probable que vous ne dépassiez même pas le premier niveau ! La courbe de progression se fait à ce point !
Vous n'avez pas idée à quel point je prend plaisir à défoncer tout le monde à ce premier niveau alors qu'avant, je ruminais le fait de ne pas réussir à faire quoique ce soit ! Au début, il y'a donc beaucoup de frustration qui peut parfois être décourageant.

Plus gênant, le jeu a malgré tout un gros problème de lisibilité. Ça dépend peut être des personnes vu que je ne suis pas vraiment touché mais j'ai entendu un bon nombre de fois le fait que l'on ne voyait pas les balles et ce dès le premier niveau. (Faut dire que jaune sur fond « désert » forcément....) Au bout d'un moment on voit très bien ces balles mais au commencement, ne pas savoir pourquoi on a été tué et pire qu'agaçant.


En mouvement ça marche beaucoup mieux mais ça serait être de mauvaise foi que de dire qu'elles sont PARFAITEMENT visible...


Certains lui reprocheront l'absence de chemin alternatif contrairement à l'opus Megadrive... Bon.

Contra Résurrection

Hard Corps : Uprising est une tuerie sous format dématérialisé. Passer à coté est soit un crime, soit le fait que vous détestiez franchement le genre. Pour tout fana de Contra et Metal Slug cependant, aucune excuse ! Le jeu coûte dans les 15€ et est avec ça plutôt long tant les huits niveaux du jeu sont étendu ! Un choix sûr pour quiconque recherche un peu de challenge et de fun en solo ou en coop dans cette génération de console !


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Assault Suits Valken / Cybernator

Superbrothers : Sword & Sworcery EP

Mini Ninjas