Wii U   The Wonderful 101   Beat 'em all   2013  PAR Haganeren 




The Wonderful 101


Support : Wii U
Version : Française
Développeur : Platinuum Games
Genre : Beat-em all


A l'heure où j'écris ces lignes, une nouvelle génération de console commence avec ses promesses, ses inconnues, ses avancées et ses régressions. Elle aura ses jeux emblématiques, ses déceptions, ses surprises et bien sûr, ses gemmes tristement méconnues. On pourrait donc se dire que ces dernières apparaissent dans un second temps. Les bons jeux apparaissant lors des débuts difficiles d'une console sont forcément remarqués par les joueurs qui crèvent la dalle dessus.

Et pourtant... Dès le début, The Wonderful 101 est un jeu qui paraissait particulièrement original et fou sur les différents trailers. L'une des rares nouvelles licences sortant réellement du lot présentés très très tôt au milieu du nouveau Mario et Rayman. Et malgré cela, le jeu semble cumuler les erreurs : Sortie très confidentielle malgré une offre intéressante d'achat groupé avec Pikmin 3 sur l'eshop parce qu'ils se sont débrouillé pour le sortir quasiment en même temps que Rayman Legends. Peu de publicité. Et une presse mi figue mi raisin sur la qualité finale du jeu.

The Wonderful 101 ne serait pas le killer app attendu ? Et bien... Oui et non je suppose...

One hundred for all, all for one hundred.

Le principe de Wonderful 101 n'est pas si simple à expliquer. Vous dirigez une bande de super héros en même temps (En gros vous dirigez un perso et les autres se débrouillent pour suivre) et combattez les affreux du GEATHJERK (Guild of Evil Aliens Terrorising Humans with Jiggawatt bombs, Energy beams, Ray guns, and Killer lasers... Je suis très sérieux).


Un robot géant s'apprête à nous lancer un bâtiment...
... Et Wonder-WC regarde à droite. C'est aussi ça, Wonderful 101!


Pour combattre des adversaires parfois cent fois plus grand qu'eux, nos wonderfuls super héros peuvent se transformer en différentes armes : En traçant une ligne sur la mablette, les personnages suivent la ligne et se changent en une épée plus ou moins grosse selon la longueur de la ligne. En traçant un rond, les personnages se trouvent en rond et se changent en un très gros poing etc etc.

Fondamentalement, vous pouvez avoir jusqu'à 100 personnages vous suivant. Plus il y'a de personnage qui vous suit, plus les armes que vous dessinez ont le potentiel d'être grosse et puissantes. Une quête très intéressante est de trouver « tout les Wondeful Ones » qui sont planqué dans le jeu. En effet au début il n'y a qu'une dizaine de super héros. Il est cependant possible de gagner des membres « temporaires » en changeant les différents civils à sauver en super héros ou bien des membres  « permanents » en trouvant un Wonderful One bien caché. Bien sûr, lorsque vous aurez les 100 membres permanents, vous n'aurez pas besoin d'attendre d'avoir des membres temporaires pour utiliser vos plus grosses armes.


Rejoignez nos rangs, camarades !


Parlant d'arme, le poing est l'arme de « Wonder-Red » le héros du jeu, l'épée celui de « Wonder-Blue ». Au fur et à mesure d'autres super héros marquants viendront vous rejoindre avec de nouvelles armes pour diversifier d'autant plus le combat. Le bouton A vous permet de sauter, X d'attaquer et de faire un combo. Mixer les deux donne bien sûr de bons résultat surtout après que des coups se soient débloqué pour l'arme actuelle.

Il est possible d'utiliser B pour courir plus vite et Y pour attaquer avec votre armée de super héros. Ils se chargeront et se mettront sur les ennemis façon Pikmin pour leur infliger des petits dommages continus. Au bout d'un moment des commandes de blocages et d'esquives INDISPENSABLES sont disponible sur les gâchettes si vous ne souhaitez pas vous prendre un méchant coup dans les reins !

A great power implies.... a lot of situation

En gros, on crée des armes et on attaque avec. Avec cet angle de jeu simple, The Wonderful 101 nous donne bien des épreuves pour s'en servir ! Le jeu est séparé en « Opération » qui elle même est divisée en trois missions. La première mission d'une opération présente le plus souvent des phases assez « exploration » voir même quelques petites énigmes.


La caméra durant les moments "dans la mablette" est assez difficile à manipuler...
Mais ces instants sont faciles et courts.


Il y'a beaucoup de diversité : Utiliser une arme sur certains mécanismes, petites séquences plateforme ou même, oui, utilisation de la mablette lorsque l'on rentre dans un bâtiment pur un moment extrêmement particulier où la caméra se place derrière le perso. Honnêtement ces phases sont extrêmement dur à gérer car la caméra est fixé sur le gyroscope de la mablette donc euuuh ouais, faut se débrouiller quoi. ( A noter que L remet la caméra derrière le perso). En général, y a pas de combat dans ces moments là mais seulement de l'exploration (C'est des phases assez courtes vu que la caméra est franchement affreuse) bref, une petite séquence originale pour diversifier du reste du niveau qui consistera surtout en combat. Bien sûr, l'exploration ne serait pas intéressante si il n'y avait pas des tonnes de choses à chercher dans les niveaux. Outre les Wonder-Ones évoqués plus haut, énormément de bonus sont également à débloquer et tous les trouver ne sera sans doute pas évident. On regrettera d'ailleurs sans doute de ne pas savoir si on a tout obtenu d'une opération ou non...

La seconde mission d'une opération sera souvent beaucoup plus porté « action ». Grosse baston et autres joyeuseté sont donc au rendez vous ! Il faut signaler un truc exceptionnel de The Wonderful 101 est dans le fait de pouvoir se déplacer sur des plateformes parfois très grandes pouvant tanguer, rotater bref se modifier et les développeurs en ont profité pour faire des situations dramatiquement over the top et à couper le souffle. Explosion de partout, ballade sur robot géant, monde qui s'écroule et des bien plus originales que je ne saurais vous spoiler ici. Certaines séquences pourrait même nous faire croire que l'on se trouve devant le boss... Mais non, c'est un niveau "normal" ! A noter parfois des références extrêmement poussés au gameplay de certains jeu célèbre. En jouant à The Wonderful 101, vous irez toujours de surprise en surprise !


Les phases de combat sont souvent séparées par des phases où le joueur doit relier deux points pour changer d'endroit... Même sur un robot géant.


Enfin, la cerise sur le gâteau, les boss qui font tout pour être ultra badass et impressionnant. La mise en scène y est particulièrement soigné et le jeu mélange sans la moindre honte phase de jeu technique où connaître la méthode et le système de combat s'avère crucial et phase de QTE totalement décérébrée ! D'ailleurs, les QTEs ultra impressionnante et over the top sont légion dans le jeu. Elle consiste soit à former une forme dans un temps impartis, soit à bourriner comme une brute sur un certain bouton. Les cinématiques sont honnêtement tellement bien fichu que les regarder est un plaisir certain. Bien sûr, il est 100% possible de les passer et de ne faire que les phases de QTE vite fait si vous souhaitez juste refaire une mission pour un meilleurs score ou trouver de nouveaux objets... Sauf la cinématique de transformation du héros qui ne peut être passée... Une blague des développeurs ?

Le jeu fourmille tellement de détail et de situation rocambolesque, inventive et exagérée que je pourrais continuer ce chapitre pendant un bon moment mais vous avez compris l'idée. Le jeu se fait un point d'honneur de diversifier l'expérience tout en conservant le fait que ça ne soit qu'un « saupoudrage » d'un système de combat déjà complexe et profond. Bien sûr, tout n'est pas rose, et certaines séquences demandés peuvent s'avérer particulièrement lourdingue à faire. La diversité rime hélas souvent avec déchet. Heureusement ces séquences moins intéressantes ne sont pas si nombreuses.


Typiquement, les séquences en Unite Plane sont dur à gérer à cause de la caméra isométrique et souvent bien peu passionnante.


Le Néo Rétro a encore frappé !

Au fur et à mesure de l'écriture de la review, je me rends compte qu'il y'a vraiment beaucoup à dire sur The Wonderful 101. Son apparence coloré est très loin de rendre le jeu moins complexe que les autres titres de Platinuum Game... Ce serait même plutôt l'inverse !

Pour le jeu, les développeurs semblent avoir pris un parti pris assez particulier : Celui de faire découvrir les mécaniques par le joueur et de contenter d'expliquer le minimum de chose. Sûr, vous apprendrez à tracer les bonnes transformations et a faire des combos... Un peu. (Et encore)

Cependant, toute la profondeur du gameplay n'est jamais réellement expliqué, on débloque des coups mais leur véritable utilité pour les combos doivent être trouvé tout seul. Chaque ennemis possède des patterns bien à eux a généralement plusieurs manière de s'en débarrasser, rien n'indique quel est la meilleurs ou la plus rapide. D'ailleurs des astuces très bête et indispensables comme le fait de pouvoir renvoyer un laser avec l'épée doivent être deviné au hasard du jeu... Et en ce qui me concerne ça marche très bien !


Certaines attaques peuvent être contrées... Plutôt bon à savoir non ?
Et ça, c'est que la base de la base de la base !


Dans le fond, c'est pas dur, il suffit d'expérimenter tout le panel de possibilité qu'offre The Wonderful 101 pour voir ce qui marche et ce qui ne marche pas. Ceci dit, à l'heure où les tutoriels peuvent être aussi intrusifs que dans un Mario & Luigi 4, cette manière de faire va clairement en contre courant de ce qui se fait dans le jeu de nos jours. Et si des jeux comme Dark Soul ont réussi à convaincre, The Wonderful 101, en étant beaucoup plus accessible peut parfois passer pour un jeu basique, comparé à un Beat em all habituel, avec de la difficulté un peu abusé.

Car oui, le mode « Normal » de Wonderful 101 ne vous laisse pas faire une petite ballade tranquille et sait totalement vous donner des situations avec beaucoup de challenge. Certains disent que le mode Normal aurait dû s’appeler « Hard ». Je le trouve bien nommé pourtant, le mode « Normal » est celui qui permet le plus d'apprécier le jeu et cette difficulté permet d'apprendre les mécaniques du jeu plus efficacement que si tout était simple. Dans le pire des cas, Platinum Game a pensé à tous et propose un mode Easy ET un mode Ultra Easy ! De plus, la mort ne pénalise en réalité que le score et il est possible de recommencer facilement via un checkpoint présent peu loin.

Tout le plaisir vient donc en priorité de la maîtrise du jeu. Mais dans le même ordre d'idée que précédemment, la richesse de The Wonderful 101 ne se dévoile pas immédiatement. Les attaques se gagnent au fur et à mesure que l'on utilise les armes associées, le nombre d'arme disponible augmente mais surtout le jeu a un magasin avec des capacités non pas utile pour faire le jeu mais carrément INDISPENSABLE. Très typiquement personne ne vous dira d'acheter le fantastique bouclier qui renvoie les projectiles sur les ennemis... Ben il faut l'acheter. Si vous zappez le magasin, il y'a de forte chance pour que vous ne compreniez carrément pas le jeu.


Vous avez intérêt à regarder attentivement ce que propose le magasin.
Il y a même des trucs pour avoir très rapidement les objets les plus chers...


Au fur et à mesure des achats de magasin, les possibilités de jeu augmentent mais encore une fois c'est au joueur de faire les bons choix et de savoir utiliser chacune de ces possibilités. Peut être que si le jeu n'avait pas cette philosophie de vouloir faire découvrir, peut être que si plus de complexité était disponible dès le départ, peut être alors que le jeu aurait été plus encensé par les critiques. Malheureusement pour les ventes, ce n'est pas le cas. Heureusement pour nous, ça donne un jeu intelligent qui donne une rare impression de montée en puissance ce qui permet, ironiquement, de faciliter la vie du joueur en l'habituant au fil du jeu à tout ce qui est possible de faire dans le jeu.

Pour moi, c'est clairement pas un défaut

Je me suis pris les pieds dans ma cape, chef !

Je défend certain parti-pris des développeurs jusque là, mais il faut reconnaître que le jeu possède des défauts assez marquant. Le premier est sans aucun doute la caméra ! Nous avons vu qu'elle posait des difficultés lors des phases mablettes où elle est géré avec le gyroscope mais en général ce n'est pas très dur justement pour compenser cet aspect. Non, la caméra durant le jeu "normal"  est totalement fixe mis à part quelques misérables niveau de zoom. C'est le plus gros défaut du jeu, cette caméra est isométrique ce qui signifie que les distances peuvent parfois être plutôt mal évalué entre la hauteur et la largeur ce qui est assez frustrant.

De plus, elle se place des fois affreusement mal, pire, il arrivera fréquemment qu'un ennemi commence une attaque en dehors du champs de vision de la caméra et se précipitera sur le joueur totalement pris au dépourvu. C'est notamment vrai dans les premiers niveaux et je soupçonne cela d'être le cause de beaucoup des retours négatifs sur le jeu.

Il est donc vrai qu'il va falloir s'arranger pour se placer de manière à ce que la caméra montre tout les ennemis histoire de les surveiller. C'est un coup à prendre et c'est à cause de petits trucs comme ça que malgré les efforts de Platinuum Game, le jeu n'est pas si évident de prime abord.

De plus, si l'idée de tracer les formes est vraiment sympas, devoir regarder sa mablette, tracer la ligne avec son doigt et revenir en jeu ne s'accorde pas du tout avec les combats très frénétiques présent dans le soft. Heureusement, les développeurs ont pensé à tout et il est possible de « tracer » les formes directement avec le stick droit. Dans le fond, ça revient un peu à apprendre des commandes à la Street Fighter...


Après un peu d'entrainement, faites aussi des formes comme ça en moins d'un quart de seconde au joystick !


Même avec ça cependant, il y'a quelques imprécisions et certaines armes sortent plus facilement que d'autres.

(Not so) Wonderful HD

La dernière des plaintes sur le jeu se situe au niveau de ses graphismes. Ils sont assez simplistes mais pas vraiment détaillé. Il leur manque sans doute la touche comic d'un Viewtiful Joe ou estampe d'Okami pour faire passer la pillule.  De plus, il est certain que l'on a vu des jeux aux graphismes plus impressionnants et que la Wii U peine le plus souvent à montrer ses capacités HD. Pire, les personnages suivant le leader ont une certaine tendance à flotter ou à glisser sur le décor, bref, beaucoup d' « erreur » graphique sont présent à ce niveau.

Cependant, le jeu a une Wonderful excuse ! Eh oui ! Elle est capable de gérer 100 petits personnages en même temps sur l'écran + 100 ennemis de l'autre coté ou des robots géants ou des tonnes de petits bonhommes à sauver/recruter ou des tonnes d'explosion sans la moindre baisse de framerate. Tout tourne de la manière la plus fluide qui soit en 720p ! Le jeu est donc un grand plaisir visuel même si cela ne s'apprécie pas forcément sur des images.


Des fois, on voit plus rien tellement y'en a partout.
Il conviendra de guetter certains FXs pour esquiver ou lancer son combo sur le bout des doigts !


Bien sûr, la fantastique mise en scène du jeu est aussi totalement à mettre au compte de la technique  . Le scénario se déroule généralement de manière assez classique, un visage qui s'anime à coté d'un texte, ça rend plutôt bien et les séquences plus épiques (et il y'en a...) sont soutenu avec de "vrais" cinématique de forte belle manière.

De manière général, le scénario est vraiment sympas à suivre, grâce à des personnages qui ne se prennent pas trop au sérieux tout en étant pas trop clownesque non plus. Ils sont très attachants et on a souvent l'impression d'entendre des « sketchs » de leur part. Le jeu est drôle jusque dans ses dialogues et c'est un véritable plaisir que de découvrir les motivations et l'histoire de ce petit groupe.... Enfin, au final peu de personnage sont exploité à 100% et certains pipent rarement un mot ce qui est bien dommage.


Chouette, chouette !


Shuuuuuuwatch !

De tous les jeux Platinum Games, peut être que Wonderful 101 est l'un des plus dignes de porter le nom de « hidden gem ». Le système de combat se dévoile au fur et à mesure de l'avancée du jeu comme étant absolument fantastique. Possibilité de changer d'arme en plein coup, ou même de dessiner une arme et, au lieu de la prendre avec le bouton B, appuyer sur Y ce qui fait qu'un autre héros contrôlé par l'IA se mettra à prendre l'arme et à donner des coups en ligne droite en parallèle de ce que vous faites.

Cette trouvaille absolument géniale vous permet d'avoir prêt de 4 héros qui foutent le boxon un peu partout pendant que vous faites vos affaires. Bien sûr, c'est une orfèvrerie à combo et à l'amusement ! Foncez sur un ennemi avec le poing et faites un shoryu, dessiner un marteau et le donner à une IA pendant que vous maintenez l'ennemi avec l'épée que vous venez de faire vite fait. Du bonheur ! Les ennemis ont parfois des faiblesses qu'il vous faudra exploiter, il est cependant des fois plus simple de leur renvoyer un boulet dans la tête... d'autres fois d'utiliser un mouvement pour les ralentir et ainsi en profiter pour le méga combo voir d'autres fois encore de concentrer pour faire la plus grosse arme possible pour l'abattre sur vos ennemis !


Certaines armes sont particulièrement utile contre certains ennemis.


Les mécaniques du jeu ne se révèlent hélas pas tout de suite au joueur à cause de cette idée de magasin. Cependant, comme dit précédemment, c'est un défaut pour une qualité, la montée en puissance des possibilités de votre personnage est absolument grisante. Débloquer tout ce qu'il y a dans le magasin ne se fait pas forcément en un run et le jeu peut aussi se vanter d'avoir une bonne petite durée de vie.

Le pire c'est que lors du développement, le directeur avait déclaré :

« Si vous détestez finir un jeu le jour suivant son achat, vous feriez mieux de ne pas jouer à The Wonderful 101. Je privilégie le côté fun du titre, et non pas la durée de celui-ci. »

Hideki Kamiya



… En général quant on balance ce genre de polémique, c'est qu'on fait un jeu de 6 heures voir moins comme souvent de nos jours... Et bien même pas ! Il m'a fallu près de 20 heures pour finir un premier run. (Ok, je traîne toujours dans mes jeux, donc on va dire plus de 15 heures si vous êtes quelqu'un de normal et 10 heures si vous vous appelez Kanedo) Le jeu déborde de secret à trouver comme tout simplement les « 100 Wonderfuls » ou les fiches d'identités des ennemis voir des figurines. Il y'a des missions secrètes à trouver dans certains recoins des niveaux. Et bien sûr, il y'a la recherche d'avoir un bon rang à la fin des missions ce qui est un grand plaisir en soi.

Il y a vraiment une grande attention mené aux détails mais surtout de gameplay. Car malgré la qualité du jeu, on dirait que tout - du marketing du jeu à sa date de sortie en passant par certains choix par les développeurs - a été rassemblé pour que Wonderful 101 fasse un bide... Et pourtant...


En cherchant des images sur Internet, on tombe surtout sur ce même fichu décor de ville.
Pourtant, les décors savent varier ! (Même si jamais terriblement original)


Best Game Ever comme dirait l'autre

J'ai attendu le jeu depuis qu'il a été annoncé. The Wonderful 101 est une nouvelle licence comme j'aime tant en voir. Une licence que j'aime encourager. Osé, inventif et définitivement fun.
Bien sûr, le jeu n'est pas parfait, ne pouvant fatalement pas avoir la même finition que des recettes cent fois éprouvés. La caméra fixe est vraiment moche, certains passages sont moins intéressant et la maniabilité peut agacer de prime abord.

Cependant le tout est extrêmement frais et il est bien dommage qu'il n'y ait pas eu plus d'emphase sur sa sortie auprès des différents distributeurs. D'un autre coté, certains choix (peu de guidage, magasin... ) n'offrent pas forcément une expérience optimale dès le début ce qui aurait pu rebuter le grand public. Il est par exemple bien dommage que la démo disponible sur la Wii U n'ait pas quelques trucs de débloqué, histoire que le joueur puisse mieux l'ensemble.


Les QTEs demandent souvent de tracer les figures pour invoquer une arme.
L'occasion de s'entrainer l'air de rien... Dans un déluge d'action non-stop !


The Wonderful 101, c'est un concentré totalement over-the-top des fantasmes sentais de Platinuum Games. Il a reçu tout l'amour de ce studio et notamment de Kamiya qui n'a pas fini de nous étonner. Drôle, inventif et complexe, le jeu ne s’embarrasse d'aucuns complexes pour montrer ce qu'il a envie de nous proposer sans contrainte de public ou d'époque... Et on en redemande... Je ne vous ai même pas parlé de la moitié de tout ce que peut proposer le jeu ! Non vraiment, nous venons d'assister à la naissance d'une fantastique "Hidden Gem" de la Wii U... et y'a de bonnes chances pour que ça en soit l'une des plus belles...


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Enslaved : Odyssey to the West

Hopeless Masquerade

Thomas was Alone