Game Boy Advance   Fire Emblem   T-RPG   2003  PAR Kurida 






Si il y a bien une série qui a permis de populariser des personnages et licences de chez Nintendo, c’est bien Super Smash Bros, et cela dés le premier opus, notamment avec l’apparition de Captain Falcon dont la popularité ne cesse de grandir, de Ness tout droit issu de Mother 2/Earthbound, relativement peu connu en occident pour l’époque, ou plus récemment de Pit, héros du jeu NES Kid Icarus – Et faisant son Come Back sur 3DS avec le fabuleux Kid Icarus : Uprising -. Fire Emblem a lui aussi  pu profiter de ce tremplin afin d’avoir droit à une localisation chez nous, et ce grâce à 2 personnages, Marth et Roy, ayant su taper dans l’œil de nombreux joueurs. Ce fût donc en 2004 que nous, pauvres Européens, eurent la chance de pouvoir s’essayer à cette mythique licence âgée de plus de 20 ans. Retour sur cet opus




L'histoire du jeu se déroulera sur Elibe,un continent loin d'être inconnu pour les Japonais - FE 7 étant une préquelle de Sword of Seal.Tout commence par une introduction racontant les grands évènements de cette contrée : Il y a très longtemps, les hommes et les dragons cohabitèrent ensemble dans la plus parfaite harmonie qui soit. Cependant, l’homme avide de conquête, déclara la guerre aux dragons, portant le nom tristement célèbre de ‘’Purgatoire ‘’. Les dragons furent finalement vaincus et chassés  par les humains ; notamment grâce à l’aide de 8 héros équipés d’armes sacrées. Notre histoire commencera 1000 ans plus tard, tout justes après vous être réveillé chez une jeune femme de Sacae, Lyn.

Si généralement, le début de scénario d’un Fire Emblem peut se résumer par ‘’L’empereur voisin envahit la contrée du noble héros ‘’, celui-ci se démarque légèrement. En effet, l’histoire de Lyndis prendra des airs d’une petite aventure entre compagnons, et si divers conflits politiques surgiront durant l’aventure, on est loin des grandes guerres entre nations récurant dans la série. Cependant,  bien que de ponctué de nombreux événements marquants, tout ceci reste assez classique, cette petite sensation ‘’ d’épopée épique ‘’ est malheureusement peu présente, et on regrettera le fait de ne visiter au final que 3 régions. Outre cela, le jeu proposera un mode permettant de refaire le jeu sous le point de vue d’un autre personnage, en plus d’ajouter de nouveaux chapitres.


   
Les critiques d'un bretteur , les improbables "raté" ainsi que les levels up moisi, en voilà des saloperies qui ne sont pas près de disparaitre...


D’ailleurs au sujet du début de l’aventure, je n’ai pas choisis ‘’Vous’’ pas pur hasard puisqu’une des nouveautés du jeu sera la création d’un stratège – Vous en l’occurrence --  accompagnant les divers personnages du jeu, via une petite fiche demandant le nom (Mark par défaut), le sexe ainsi que le mois de naissance du stratège, définissant votre ‘affinité’, dont je reviendrais plus tard. Si l’idée est en soit bonne, elle est malheureusement assez mal exploitée : Si l’on pouvait espérer une certaines  implications durant les évènements du jeu, ce n’est malheureusement pas le cas :L'avatar ne serra au final qu’un simple spectateur, ne pouvant même pas répondre aux questions qui lui seront posées !

Reprenons donc le cours de cette review. Ainsi, quelques minutes après votre réveil, 2 Bandits auront la bonne idée d’attaquer les villageois du coin – Une tradition dans les Fire Emblem -. Le sang de Lyn ne faisant qu’un tour, elle décidera d’attaquer les bandits, et ce grâce à vos talents de stratège afin de la mener victorieuse de cette affrontement. Comme vous aurez pu vous en douter, Fire Emblem n’est pas un simulateur de tracteur, mais plutôt un Tactical-Rpg se déroulant au tour par tour. Reprenant les bases de la série, le déplacement des personnages se fera par ‘’ case’’ tel un jeu d’échec à la différence que le nombres de cases parcourus sera propre à la classe du personnage. Suite à ça, votre personnage pourra effectuer diverses actions selon la situation (Attaquer un ennemi, utiliser un objet, …) l’adversaire en fera de même une fois que vous aurez mis fin à votre tour. A cela s’ajoute les diverses spécificités connus de la série, comme par exemple la mort pour ne citer qu’elle, le triangle des armes ou encore les classes, le tout habilement expliqué durant l’histoire de Lyn, faisant office d’un très bon tutoriel pour les néophytes, bien qu’un peu trop long selon certains, prenant quand même un tiers du jeu.


   

Graphiquement, le jeu est assez joli, les sprites des personnages sont plus facilement reconnaissable qu'avant, et le Chara Design, réussi, reste toujours fidèle aux anciens CD de la série.


Il faut dire que l’aventure dure tout de même une Trentaine de chapitres, si l’on exclut les divers chapitres secrets ne pouvant être débloqués qu’en respectant diverses conditions. Les chapitres en eux-mêmes savent être variées aussi bien en décors qu’en objectif. Protection d’un personnage blessé  pendant un nombres de tours définis, capture d’un château ou encore parler à un boss pour finir le chapitre, il y en a pour tout les goûts. D’autant plus que les chapitres possèdent généralement leurs lots de contraintes, comme par exemple la pluie pouvant ralentir vos unités, l’arrivé de renforts ennemis au mauvais moment et mauvais endroit, ou une intersection nécessitant la séparation de votre armée en 2 groupes .Quant à la difficulté du jeu,  et bien, les habitués de la série n’auront pas de grande difficulté (Même si le mode difficile peut proposer  tandis que les débutants gouteront aux joies du Saint -Reset et des classiques erreurs à ne pas commettre (L’effet ‘’Marcus’’.).  C’était le bon temps


   
Petite mention spéciale pour l'animation des coups critiques,toujours aussi sublimes.



Mais le gros point fort du jeu reste sans aucun doute les personnages.  Outre le fait qu’ils arrivent très facilement à être attachant (Notamment ceux issus de ‘’La Légion de Lyn’’), ils fourmillent tous en détails, anecdotes et histoires. Citons par exemple Raven dont on apprendra les raisons de sa rancœur envers Ositia, L’évêque Renault qui outre le fait d’être un personnage arrivant assez tardivement dans l’aventure, n’en reste pas moins un personnage ayant un certain lien avec le scénario, sans oublier bien sur les 3 sœurs pégases. Et tout cela grâce à un système de ‘’dialogues de soutiens ‘’ tout droit issus de Sword of Seals (Et inspiré des TALK de Seisen no Keifu.) : En laissant 2 personnages côte-à-côte durant la fin de votre tour, et après un certain nombres de tours variant en fonction des personnages (Une dizaine pour Hector et Eliwood, une centaine pour Bartre et Raven ! ) une commande ‘’parler’’ fera son apparition, vous permettant d’assister à une discussion entre lesdits personnages. Au programme : Révélations, Informations sur les régions et royaume d’Elibe ou tout simplement des situations rocambolesque, il n’y a que l’embarras du choix. En plus, si 2 personnages ayant tissé des liens sont proches alors qu’un combat s’enclenche, ils recevront divers bonus variant en fonction de leurs affinités, comme par exemple un bonus en précision pour ceux possédant l’affinité ‘’Feu’’ ou encore en critique pour l’affinité ‘’Vent’’.  Ce qui fait qu’au final, nous n’aurons pas droit qu’à de simples soldats lambda issus d’un Advance Wars ou encore d’un Heroes of Might and Magic, mais plutôt d’une  petite armée complètement hétérogènes.

   

Déjà présent sur Fire Emblem : Sword of Seals, l'Arena Link permet de défier vos amis et de faire combattre vos plus puissant personnages. En garde !


Conclusion

Si Fire Emblem a le mérite d’avoir réussi à introduire la série en Occident avec brio grâce à cet épisode de qualité, il reste malheureusement en deçà de ce que la série à pu proposer au fils des années, La faute notamment à un certain manque d’innovation, cet opus se contentant de reprendre le même système que Sword of Seals sans grandes nouveautés hormis la présence de 3 Lords et divers petits ajouts. Malgré cela, si il n’est pas de taille à lutter contre Seisen No Keifu ou encore Radiant Dawn, il reste tout de même un des épisodes les plus populaire auprès des fans. Peut-être tout simplement parce qu’il fut le premier FE pour beaucoup de personne et a su se faire une place de choix auprès des fans.


Together we ride


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Valkyria Chronicles

Perfect Cherry Blossom

Shin Megami Tensei II