Wii   Baroque   RPG   2008  PAR Haganeren 




Sting a toujours été un étrange développeur. Agissant plutôt sur les consoles portables, il est surtout connu pour sa série des Dept.Heaven (dont Yggdra Union, testé ici) possédant des gameplays extrêmement... Bizarre mais avec des scénarios et des ambiances généralement plutôt classique. (Bien que Knight in the Nighmares rehausse le niveau)

Un jeu cependant se distingue bien plus pour son ambiance que pour son gameplay et ce jeu c'est Baroque.

Baroque
La folie dans le jeu


Support : Saturn/PSX et Wii/PS2
Version : Japonaise et Anglaise
Développeur : Sting
Genre : D RPG


Vous arrivez dans un monde déchu, détruit et maudit. Ses habitants sont difformes et n'ont plus aucun espoir. Et là dessus, un ange descend du ciel en vous accusant, vous, le joueur, d'être responsable de la destruction du monde. Dieu est devenu fou à cause de votre péché et a déclenché l' armageddon.
« Un seul moyen d'expier tes péchés » vous souffle l'ange en faisant apparaître une arme qui retombe sur le sol : Aller au fin fond de la Neuro Tower et tuer Dieu.

En général avec juste les 5 premières minutes du jeu raconté, ça convainc les gens d'y jouer. moai1
Mais nous sommes dans une review, alors voyons plus loin.

Il fut un temps...

Baroque fut tout d'abord sortis sur Saturn et PSX... Plus précisément Saturn d'abord ce qui explique la pauvreté incroyable des graphismes.


Oui les ennemis sont en 2D et l'environnement en 3D...


La Saturn est une console extrêmement mauvaise pour la 3D, seul Treasure et Sega lui même ont réussi à ma connaissance à en faire quelque chose de vraiment bon. Il s'agissait en tout cas de la pire 3D de sa génération face à la Playstation et la N64. Baroque étant en 3D, il prend cher tout cette 3D immonde dont la console est capable... Et ça marche.

Le coté « mal fait » du jeu sert l'ambiance « univers désolé et dégeulasse » à 100%. L'ambiance est ainsi renforcé pour le meilleurs! Tout comme Silent Hill, le brouillard que peut générer la console pour éviter de voir trop loin est utilisé également pour que les ennemis en surgissent ce qui donne une impression assez malsaine. (Surtout vu le design des ennemis très glauque... )

En clair, Baroque était un jeu underground extrêmement apprécié qui a d'ailleurs pas trop mal marché au Japon au point de bénéficier d'une version PSX amélioré un peu plus facile que le jeu original (bien hardcore) avec quelques éléments en plus. (Je suis pas sûr que les graphismes aient été modifié ceci dit )

Mieux encore! Le jeu a du marcher d'une façon ou d'une autre puisqu'un remake sur PS2 et Wii a été fait! Et là c'est notre chance bandes de petits coquins, car ces remakes ont été traduit en anglais et sortis aux Etats Unis. (Et au Royaume Unis aussi... Mais pas en France)
Elle est pas belle la vie?

Classic?

Le jeu est un Donjon RPG qui en possède toute les caractéristiques : C'est à dire aucune exploration si ce n'est celle de l'unique donjon présent. Ce donjon possède des niveaux généré aléatoirement, vous ne POUVEZ pas savoir ce qui vous attends, vous ne pouvez que continuer à avancer.


Le D RPG... Une leçon de survie...


Traditionnellement, un D RPG est plutôt difficile, les premiers Furai No Siren devaient bien l'être pour justifier un unique donjon! Fondamentalement par ailleurs, il est possible de finir le jeu du premier coup, il suffit d'être bon! Pour pallier à ce problème inhérent au concept même du D RPG, ce genre est généralement très dur. (D'autres proposent plusieurs donjons, ou n'autorise le fait d'aller à des étages supérieurs qu'au bout d'un certain temps... Bref... )

Finalement un D RPG est traditionnellement un jeu qui demande au joueur de faire EXTREMEMENT attention à son inventaire. C'est ainsi qu'il peut gagner, en utilisant judicieusement ses objets d'équipement, de soin ou d'attaque pour se sortir des pires situations. Il pourra d'autant moins compter sur ses niveaux de part le fait qu'à chaque défaite, il doit recommencer tout le donjon au niveau 1.

This is madness!

On arrive enfin au vif du sujet. Car tout ce que j'ai bien pu présenter jusqu'à présent c'est le style global du jeu et l'esthétisme. Mais le coeur du jeu, il tient dans la folie de l'ensemble.
Baroque prend les codes du D RPG, les usent plus ou moins à l'exactitude et s'en sert en tant marche pied pour s'affirmer en tant qu'oeuvre. Tout est fait pour nous faire ressentir la folie, les NCPs sont fous, enfermés dans leurs désillusions, les longs couloirs dont sont constitué le jeu, avec des patterns de décors se répétant de façon complètement exagéré, le level design à la base de faux murs, le design terrible des ennemis. TOUT oui TOUT même les objets, SURTOUT les objets!


Ne les oubliez pas!


Que dire d'une armure surpuissante qui se déséquipe lorsqu'un ennemi vous regarde dans les yeux?
Que dire de ce sort permettant de changer tout les ennemis environnant en jambon?
Que dire de la « Stubborn Box » (Coffre buté) refusant de s'ouvrir tant que vous n'avez pas plus de 30 d'attaques.
Que dire de tout ces objets non identifié que vous vous risquez à essayer, à manger à lancer aux ennemis sans savoir véritablement les effets que cela donnera?
Que dire des objets de soin faisandé qui infestera les donjons et qui vous permettra de vous soignez au prix d'un mal d'estomac vous brimant de quelques points d'attaque?
Que dire de la « Parasite Box » avec rien dedans qui « infecte » votre inventaire, transformant tout vos objets un par un en autre « Parasite Box »?

La plupart des objets peuvent être mangé/utilisé sur soi, jeté, posé par terre ou donné pour des effets multiple et varié. Il y'a tant tant tant d'exemple d'utilisations pour une quantité d'objet absolument phénoménale entrainant des situations des plus divers, limite plus que les ennemis qui sont pourtant, eux aussi, extrêmement distinct avec des comportements qui les rendent chacun particulièrement unique. Entre l'ennemi qui pête ce qui vous rend aveugle ou la harpie qui altère votre état en « charme » ce qui fait que tout ennemi ou tout objet sera vu de vos yeux par une femme aguichante en kimono traditionnel sans la moindre animation ce qui rajoute au glauque de la situation, il y' a une multitude d'adversaire très différent.

Oui! Baroque! C'est tout ça! C'est plus encore! C'est tout une variété de situation qui joue sur les objets et les différents ennemis rencontré. Car Baroque est un jeu dur, pas impossible, mais dur et une bonne utilisation de chaque objet est de mise pour finir le jeu... A moins que ça ne soit que le commencement?


Aaaah! Cassons nous!


Game Over.... or Begin... I don't know anymore

Perdre à Baroque n'est pas un problème en soi. Au fait, perdre ou gagner produit à peu de chose près les mêmes effets... En apparence tout du moins.
On décrit souvent Baroque comme un jeu « ou la mort nous fait avancer »... C'est pas exactement vrai.
Disons que lors de chaque mort, on recommence au début au niveau 1 comme tout D RPG qui se respecte et à force de recommencer l'unique donjon vous verrez parfois des choses différentes ou vous aurez débloqué tel ou tel situation sans en être conscient!


La répétivité des couloirs sous ce fond d'OST vous donnera l'impression d'une errance folle et sans but... J'aime!


Évidemment, le joueur est alors absolument et totalement perdu, c'est le but du jeu, c'est une part de cette folie et là est aussi sa faiblesse.
Car un joueur en soi, il aime bien avoir un objectif, il aime bien savoir quoi faire. Baroque lui fournit parfois cette réponse... Et Parfois non. C'est selon. Le but est plus ou moins de voir le joueur trimer avant et de lui offrir, à un moment donné, un élément de réponse. Ce n'est pas forcément des plus appréciable mais le jeu marche ainsi. Baroque se fout bien de savoir ce que souhaite le joueur, il a son identité et s'affirme en tant que tel.... Mais c'est aussi pourquoi il est si particulier dans le monde du jeux vidéo.


La moindre cinématique est une fête en soi...


Ok très bien mais ça se joue comment?

Le portage de Baroque a permis de rendre le jeu à la troisième personne. Soyons honnête j'ai trouvé cette vue assez naze avec un personnage dans lequel je n'ai pris aucun plaisir dans le contrôle. J'ai donc rapidement pris l'option pour pouvoir faire le jeu à la première personne. (Qui s'est avéré être la vue du jeu original... Comme quoi... ) Au final je m'y suis tellement habitué que j'en ai même oublié que la vue troisième personne existait! (Je trouve tout de même rarement de screenshot à la vue première personne de base... ) Certaines personnes trouvent ceci dit cette vue plus pratique... Comme quoi ça dépend des gens.


Une plus grande authenticité! Une plus grande immersion!
Votez première personne!


Quelque soit votre vue, votre personnage dispose d'une panel de coup très limité....Au fait un unique combo de 3 coups vous permettra de triompher (ou non) des ennemis environnant. A cela s'ajoute un système de raccourci pour les objets (car aller dans l'inventaire, sélectionner un objet et faire la commande « throw » s'avère vite plutôt lourdingue...) En appuyant sur C sur l'objet courant vous pouvez le jeter sur vos ennemis, en appuyant sur + et – vous passez rapidement vos objets en revue.

Les possesseurs de la version Wii auront également l'heureux plaisir de voir que si vous donnez un grand (et quand je dis un grand c'est un GRAND) coup de wiimote, ils feront un coup plus lent et plus puissant qui s'avère être complètement inutile. moai1

Dans le même domaine, charger son attaque avec le bouton B pour donner un coup plus puissant met également trop de temps pour être véritablement intéressant.

Cantonnez vous au combo de 3 coups et du bouton Z pour locker les ennemis (Nouveauté bien pratique par rapport à la version Saturn!) et utilisez bien vos objets et vous serez paré pour gagner!... Enfin... Si vous le voulez bien.
Le misérable combo unique de 3 coups vous le souffle bien, le gameplay est finalement excessivement pauvre et lassera bien vite des joueurs chevronnés. Pire encore, il s'avère même être plutôt lent ce qui ne gâte rien! En clair, Baroque se joue pour son ambiance et non pour son gameplay extrêmement moyen.

Version Saturn : Voyage au pays du glauque

Après avoir écrit tout ça, je me suis dit « Et pourquoi ne pas ressortir ma version Saturn et comparer »? C'est vrai, j'ai assez peu joué à la version Saturn, juste assez pour me rendre compte que je ne comprenais franchement pas le Japonais.

J'ai joué.... Et c'était génial.

Le jeu est inconcevablement laid, les personnages, sprite 2D sur décor 3D, sont des bouillis de pixel infâmes. Les ennemis sont déjà mieux mais c'est pas le top moumoute non plus... Mais aussi curieusement que cela puisse paraître ça marche, les personnages ont des détails absents de la version remake et semblent être des ombres dans ce monde de folie.


ok glauque...


Parlant de folie, le jeu possède une ambiance peut être moins « folle » que le remake, tout est plus... Comment dire... mélancolique, glauque, c'est assez particulier. La faute revient en grande partie à l'OST qui était d'un genre totalement différent pour une atmosphère particulière et différente.

Baroque Saturn s'apparente par ailleurs plus en un mix entre un survival horror et un D RPG que le remake à cause du système de combat, très archaïque rendant quasiment impossible tout esquive d'un ennemi. (Alors que cela est plus que possible dans la version remake) Au fait, se servir des objets est encore PLUS indispensable ici car lancer un objet sur un ennemi permet d'éviter sa riposte et permet donc de se reposer un peu.


Non! Approche pas! Aaaaaah!


A cause de cela (ou peut être aussi parce que je jette quasiment tout les objets à part ceux de soin et d'équipement, faute de savoir à quoi ils servent …) , je me suis retrouvé régulièrement avec un inventaire à sec là où j'avais tendance à être bondé d'objet dans la version remake. Il est d'ailleurs bien plus facile de perdre à cause du manque de chance (on a pas trouvé de bons objets) dans cette version du jeu ce qui est vraiment agaçant en soi.

Au fait on a l'impression que Baroque Saturn est le VRAI baroque, toutes les spécificités du jeu y sont amplifié pour donner un délire encore plus fort. Il est vrai que la version remake a été remanié de manière à plaire plus au grand public. Je ne sais pas si c'est une bonne idée puisque nous avons, pour le coup un délire amoindris par rapport à ce qu'il avait été et un jeu qui, en dehors de ce délire, n'est pas bien folichon non plus.
En gros, un jeu entre deux publics et c'est jamais bon d'être entre bons publics....

Bataille entre l'agréable et l'ambiance.

On en vient donc à l'idée que ce portage Wii/PS2 a finalement fait perdre beaucoup de saveur au Baroque original. Ne lui jetons pas la pierre, il ne faut pas oublier que Baroque est un jeu à ambiance, le gameplay lui même, au service de cet ambiance est au final assez désagréable à jouer. La version Saturn autorisait le joueur à sauvegarder entre chaque étage de façon totalement aléatoire. On peut ainsi passer 10 étages sans avoir la possibilité de sauvegarder et avoir 10 autres étages où on nous le demandera à chaque fois, c'est du pur hasard.


Version Saturn : Let's go for it!


Bien sûr, ça renforce la folie de la chose, c'est gonflé comme concept. Les sauvegardes en elle même sont par ailleurs des sauvegardes rapides, impossible de reprendre de là si on perd, elles permettent juste d'arrêter le jeu pour le reprendre plus tard.

La version remake est plus cool, elle autorise des sauvegardes entre chaque étage et permet au joueur de reprendre de ces sauvegardes quant il perd. Cela fait perdre beaucoup au coté « survival » et dans les faits, on autorise pas vraiment son personnage à mourir puisqu'on peut reprendre de sa sauvegarde.
Ce qui est intéressant cependant c'est que mourir devient un choix du joueur et non une obligation lié à son manque de capacité. (ou de chance)
Ce qui l'est moins c'est que au final mourir ou gagner revient à peu de chose près au même avec plus de chance pour que gagner débloque des situations malgré tout... Donc on ne choisit jamais de mourir non plus.

L'aspect « aléatoire » des rencontres se débloquant était donc bien amplifié dans la version Saturn. Maintenant, nous jouons à un jeu et nous y jouons pour nous amuser. Toutes les ambiances du monde ne justifient pas le fait de ne pas s'amuser à un jeu! C'est pourquoi la volonté d'atténuer le délire dans le remake reste compréhensible.

Au final nous avons un très bon remake qui a essayé au MAXIMUM de conserver l'ambiance original en faisant des petites concessions pour rendre l'expérience plus plaisante. Le remplacement total de l'OST a fait des aigris mais elle participe encore une fois au coté plus « fou » de ce remake la distinguant réellement de l'original. C'est plus rapide, plus nerveux mais ça fait moins peur. Le seul coté dommageable est le manque d'expression des personnages durant les cinématiques. Notamment le héros mais même ça, Sting s'est débrouillé pour le mettre à son avantage et cela rend le héros plus « paumé » dans ce monde qu'autre chose.


Et paumé il peut l'être!


Malgré cela on pourrait reprocher au jeu en son ensemble son graphisme résolument digne d'une PS2 en petite forme... Ce qui passe à la limite sur PS2 et bien moins de nos jours. Sting est un petit studio et ça se voit là dedans!

Dernier aspect de ce remake qui fait son office et non des moindres, j'ai vu plusieurs commentaires louant l'excellence de la traduction anglaise. C'est vrai, on y pense pas mais une grande partie du script de Baroque est très ambiguë, il aurait été facile de dériver du sens original. Les traducteurs ont donc fait un excellent boulot tout comme les doubleurs, toujours dans le ton et ne gâchant en rien cet étrange aventure.

Elite game

Baroque est un jeu qui joue énormément sur les concepts, sur les métaphores, tout les PNJs ont une histoire, et les Meta Being représentent quelques chose. Il ne tient qu'au joueur de l'explorer. C'est aussi pour cela que Baroque est un jeu étrange, glauque, se jouant mal et à ne pas mettre entre toutes les mains... Enfin, quelles mains voudraient d'un tel jeu qui semble si mal fichu, sans indication et avec un gameplay minimaliste? Peu rares sont les personnages à ne pas avoir été emporté par l'ambiance et à avoir laissé tombé le tout en moins de deux. C'est un paris que Sting a fait en créant ce jeu, ils ont osé et ont pondu quelque chose que l'on ne sait par quel bout prendre. Cette review est méliorative et fait le bon dos au concept général du jeu mais essaye de minimaliser l'impact que pourrait avoir sur vous, les graphismes et le gameplay très minables pour un jeu sortis en 2008. Baroque est très clairement le jeu qui ne pourrait pas être noté, ayant à la fois le 0 pointé et le 20 de l'excellence il peut susciter soit votre engouement le plus total soit votre indifférence le plus profond.
Baroque est une expérience à tenter, clairement, le D RPG n'est peut être pas votre genre favoris mais le jeu vaut le coup d'œil. Si jamais vous êtes emporté par l'ambiance du tout, préparez vous à découvrir un jeu que vous n'oublierez jamais...



DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Pokemon Jaune

The Legend of Heroes: Trails in the Sky - The 3rd

Another Code: R – A Journey into Lost Memories