Wii   Bit.Trip BEAT   Rythme   2009  PAR Costiome 





Au mois de décembre 2009, Nintendo avait fait preuve d’une énorme générosité en offrant à ceux qui le voulaient bien une démo de quelques jeux WiiWare. Si je me souviens bien, il y avait World of Goo que j’avais déjà, Pokémon Rumble et NyxQuest plutôt décevants, ainsi que Final Fantasy : My Life as a Darklord, qui était assez agréable. Enfin bref, un jeu mystère supplémentaire était aussi en démo jouable, et j’l’ai pris sans trop savoir ce que c’était.

Ce jeu, c’est Bit.Trip.BEAT. J’ai testé la démo. J’ai perdu au premier niveau. Et j’ai acheté.


Bit.Trip.BEAT est le premier jeu d’une série de Wiiware basés en grande partie sur leur côté old school, mais surtout sur la musique electro/8-bit.

C’est aussi et surtout un des rares jeux indépendants à être développés pour être sur Wiiware, cela dit Bit.Trip.BEAT est sorti récemment sur PC ainsi que sur iPad (putain, j’veux le tester sur iPad), grâce au succès de Super Meat Boy, qui a fait découvrir à pas mal de monde les grosses franchises de jeux indépendant, et c’est pour ça qu’on l’aime.


Pong ?

Ah ben ouais, direct ça rappelle quelque chose. Le principe est en fait simple : en utilisant l’accéléromètre de la Wiimote, on dirige une barre verticale située à gauche de l’écran. A droite de l’écran apparaissent des Beats, représentés sous forme de gros pixels de couleurs flashy.

Le but est bien entendu de renvoyer ces Beats avec la raquette, ce qui n’est pas chose aisée : si lors du premier niveau leur trajectoire est la plupart du temps régulière et continue, le jeu est développé pour jouer avec nos nerfs, et certains beats auront des trajectoires tout à fait insolites : parcourir l’écran, effectuer une rotation ou arriver par groupe de 5. Il faudra alors bien anticiper les mouvements de ces énormes pixels, sachant que chaque trajectoire est en fait liée à un déplacement logique, pas toujours facile à discerner lors de la première partie.

Chaque beat touché rapporte des points et contribue à faire augmenter un multiplicateur ; lorsqu’on en rate, le multiplicateur retombe à zéro, on est blâmés par un méchant son de fail, et on risque même de tomber en mode NEITHER, où tout décor disparait au profit d’un fond noir et où les seuls éléments visibles ressortent en blanc pur, à la manière de Pong. A la fin du niveau, si on y arrive, on peut comparer nos scores à ceux des développeurs, pour bien voir qu’on est des grosses quiches et qu’on aurait pu faire 1 000 fois plus de points. C’est pas exagéré.


Le mode neither. On stresse à ce moment là.


Toutoutou tah toutoutoutou tah toutou tah toutou tah toutou tah tou tah tout tou tah

Bon, c’est bien joli tout ça, mais on a pas encore parlé de la musique. Merde alors. Les niveaux sont divisés en une dizaine de stages, et chaque stage complété avec succès, c'est-à-dire en chopant les derniers beats colorés, ajoutent un instrument supplémentaire à la musique du jeu. Parce que si ces beats s’appellent ainsi, c’est évidemment qu’ils ont une influence sur le rythme. Ils arrivent tous réguliérement, et tout est programmé pour créer une mélodie lorsqu’on les tape tous.

Pourtant, on peut pas vraiment parler d’un jeu de rythme, puisqu’on ne joue pas en rythme : c’est plutôt nous qui créons le rythme au fur et à mesure des actions qu’on accomplit.

Du coup, on est plutôt entraînés par cette musique qu’on influence sans vraiment le vouloir. Ca rappelle dans un certain sens le jeu Rez, personnellement j’ai eu le même sentiment du ‘putain c’est trop bien je suis en harmonie avec la musique et je win à mort’.
On a ainsi 3 mondes différents divisés en une dizaine d’étapes, ce qui donne 3 musiques progressives d’une vingtaine de minutes. Mais c’est tellement puissant, on se sent tellement bien, qu’on a toujours envie d’une petite partie pour battre son meilleur score, et tenter le parfait.


C'est tendu là.


Laissez-moi jouer

La Wii possède une fonctionnalité exclusive, qui ajoute énormément de fun : le jeu est jouable à plusieurs, et c’est relativement bien foutu ; Je m’explique. Un vrai pgm peut très bien finir le jeu tout seul, sans rater aucun beat. Mais à tout moment, d’autres joueurs peuvent rejoindre la partie simplement en synchronisant sa wiimote.
Une autre barre apparaît alors sur l’écran, et le jeu continue de la même manière, mais est forcément un peu plus facile puisqu’uon est deux fois plus pour rattraper les points… Enfin, en théorique.
Parce que le jeu à deux, ça va, c’est encore jouable et le bon score est atteignable. Lorsqu’on joue à 4 par contre, les barres sont deux fois plus petites, et il faut établir une véritable stratégie de groupe, ou bien c’est le bordel assuré. Enfin, ça peut être drôle aussi.

Enfin, l’arrière-plan dévoile lentement des images étranges rappelant un voyage dans l’espace ou dans le temps ; on parle de la naissance du monde, de la chaleur, de l’humanité et des technologies, en analogie avec le voyage des bits et des octets dans le monde d’Internet pour communiquer, si j’ai bien compris. Ca reste tout de même sur le thème de l’humanité, le slogan de la série étant simplement un énigmatique I AM ONLY A MAN.

Cerveau. ADN. What?


Bit.Trip.BEAT, c'est :
  • Un jeu original et unique en hommage aux jeux à Hi-Scores des années 80.
  • Un des rares jeux indépendants du Wiiware qui vaut vraiment le coup.
  • Une Musique Bitpop vraiment prenante.
  • Interessant en solo, fun à plusieurs.

Bref, un jeu à tester absolument, au moins pour voir à quoi ça ressemble, de préférence sur Wii, et le début d’une série de jeux indépendants qui fait plaisir !

axo1


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Rhythm Tengoku

Undefined Fantastic Object

Pandora's Tower