PC   Analogue : A Hate Story   Aventure   2012  PAR Haganeren 




Analogue : A Hate Story


Support : PC
Version : Anglaise
Développeur : Christine Love
Genre : Aventure



Depuis Umineko no Naku Koro Ni ma vie dans le Visual Novel est bien triste.
Oh, j'en ai essayé quelques uns mais d'une façon ou d'une autre je n'accrochais pas.

Puis j'ai vu Analogue : A Hate Story sur Siliconera puis sur Steam. Le jeu avait l'air particulièrement cheap ce qui n'était pas pour me déplaire, j'ai pris la démo puis, emporté par l'élan, j'ai pris le jeu complet pour 10€.
Il y'avait du positif, mais aussi du négatif.
Partons découvrir cette oeuvre sur lequel je ne saurais être catégorique.


Bienvenue dans un Visual Novel bien spécial.


Est-ce un jeu?

Contrairement à Umineko je n'ai pas placé ce jeu dans Culture... Parce qu'il y'a malgré tout interaction et même parfois une sorte de jeu. (d'énigme, certes)
La structure même est assez différente du Visual Novel classique, au lieu d'avoir des pages et des pages de texte à lire, nous nous trouvons dans la peau d'un enquêteur dans un futur lointain qui hack le système d'un vaisseau spatial disparu depuis depuis des siècles afin de pouvoir décrypter ce qui s'y est passé.


Vous commencerez le jeu devant un terminal vide.


L'une des meilleurs idées du jeu à mon sens est de reprendre l'interface que pouvait avoir un DOS ou un Commodore 64 avec des instructions à écrire et le fait d'écrire « help » à tout va pour voir nos différentes opportunités. Sérieux ils devraient faire un jeu complet sur ce principe !

Car là, ce n'est pas vraiment le cas, les rares parties permettant ça sont très intéressantes mais vous retournerez rapidement vers l'IA de bord, Hyun-ai qui vous assistera durant vos recherches. Le « gameplay » consistera donc à lire les archives, lire et lire encore et les présenter à l'IA qui a un design trop recherché pour ne rien savoir du tout sur ce qui s'est réellement passé...


Vous pouvez présenter les documents de votre choix à l'IA pour qu'elle commente ou qu'elle débloque d'autres documents à lire


Le « jeu » a vraiment essayé de donner un aspect « recherche » intéressant à l'ensemble et des fois cela marche. Malheureusement, l'IA un peu trop intrusive ne lui permet pas de prendre son envol, pourtant le soft a une grande qualité à revendre.

Au fil des pages, un monde se crée, au fil du jeu, la mode réapparaît.

Au fur et à mesure de vos lectures, la société de ce vaisseau vous apparaît, elle semble inspiré d'une époque médiéval coréenne particulièrement sombre et notamment pour les femmes, tellement rabaissée que c'est à peine si elles ont un nom. Cela sera le grand sujet de ce drôle de soft, un sujet pour le moins révoltant mais non intéressant à observer en soi. Au début, cela fait peur car beaucoup de nom coréen apparaitront et il sera au premier abord difficile de s'y retrouver.


Un arbre généalogique de la famille disponible à tout moment pour s'y retrouver bien qu'il n'y en ait pas vraiment besoin.
On remarque surtout que les noms de femme sont à peine connus tant elles sont considérés comme inférieurs.


Mais le jeu fait un job remarquable à nous donner les bons documents aux bons moment de manière à ne pas nous embrouiller, on s'attache rapidement aux différents protagonistes comme.. Bah comme un livre. Suivre l'intrigue de Analogue devient donc un véritable plaisir... Ou déplaisir d'une certaine manière car je ne spoilerais pas plus la chose mais il s'agit pourtant du type d'histoire qui saura susciter indignation ou dégoût venant du lecteur ce qui signifie que le rôle du soft est remplis à ce niveau là.

L'histoire est à mon sens extrêmement réussi et continue à faire porter ses questions bien après la fin du jeu. J'aurais malgré tout des réticences en ce qui concerne le fond du jeu. L'IA présente ici est assez typique est assez loin de ce qu'on pourrait trouver dans un TRON ou un System Shock en terme d'apparence. Elle est effectivement censé être particulièrement humaine. Et honnêtement, vu comment elle apprécie le joueur et le bombarde de question j'ai eu souvent l'impression de me trouver dans un eroge déguisé. Ce qui m'a le plus gêné cependant, c'est le fait d'avoir précisément une fin dîte « d'harem ». Pour un jeu promouvant la condition féminine, ça reste tout de même un peu moche...


Lire une histoire sur la tyrannie des hommes sur les femmes avec une IA que l'on peut potentiellement changer en soubrette....
Ok c'est totalement facultatif, une sorte de bonus mais perso je trouve qu'il y'a un problème...


Nothing to hide

Car oui, plusieurs fins sont à découvrir dans le jeu, vous serez ainsi souvent questionné sur votre opinion au moyen d'un choix de deux réponses. Attention à ne pas trop tirer sur la corde, l'IA fachée pourrait bien vous demander de mettre fin incessamment à la connexion ce qui correspond plus ou moins au game over.

Et c'est bien ça qui est dommage, le jeu est assez court et quitte à faire des choix qui semblent avoir un certain impact il est vraiment dommage de ne pas avoir autre chose que du « T'es d'accord avec moi ou je te fais la gueule deux secondes voire Game Over ! ». Le propos du jeu ne permet pas non plus grand chose, peu de choix réellement moraux à part un, au centre du jeu qui reste sans doute l'un des meilleurs passages de toute l'expérience.


Autant les archives sont très intéressantes, autant le rapport avec l'IA est cliché et franchement peu terrible.
Et puis... Quel super choix moral... moai1


En tant que jeu à fin multiple et questionnement de soi, Analogue est faible, très faible et c'est l'un de ses grands défauts. Les multiples fins se débloquent très facilement pour peu que l'on ait sauvegardé au bon moment mis à part la dernière qui n'est pas évidente à trouver. (Y'a même une fausse piste sérieux...)

L'interface de Analogue est certainement bien plus poussé que nombre de Visual Novel ce qui est normal étant donné le « gameplay » du jeu. Ces grandes étendus blanches savent bien créer une bonne atmosphère même si quitte à lire su rmon écran j'aurais préféré du noir qui repose plus les yeux. Le son, quant à lui, est sympathique et plonge directement dans l'ambiance.

Le chara-design est de manière général réussi même si on sent que le travail y est parfois amateur. En clair un travail propre mais sans grandes étincelles.

Atterrissage difficile.

Difficile d'émettre un avis tranché sur la question d'Analogue : A Hate Story. Le jeu y accumule des défauts dont on se rend compte au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire. Cette dernière sait y être particulièrement sombre et intéressante ce qui est après tout le principal pour un jeu du genre. Il faut cependant reconnaître qu'il y'avait assez peu à se mettre sous la dent. Le jeu est court et les différents fins n'ajoutent pas grand chose de plus que ce soit en terme d'intérêt ou de durée de vie. Reste l'idée du terminal définitivement intéressante mais hélas vraiment sous-exploité. Sa courte durée de vie et son histoire intéressante pour peu que l'on aime la lecture m'a permis cependant d'accrocher assez fortement au titre. Reste qu'il se trouve à 10€ sur Steam ce qui me paraît définitivement trop cher pour ce qu'il est. A 3/4€, je pourrais le conseiller. Dans tout les cas le titre n'est clairement pas pour tous.


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

J.B. Harold Murder Club

Corpse Party - Rebuilt -

Imperishable Night