Nintendo 64   Pokemon Snap   Autre   1999  PAR Haganeren 




Pokemon Snap


Support : N64
Version : Française
Développeur : Nintendo
Genre : ... Safari-Photo?


Lorsqu'on est enfant et que l'on a grandit avec Pokémon, il y' avait toujours un certain décalage entre le dessin animé Pokémon où l'on voyait les créatures vivre en pleine liberté et le jeu Pokemon dans lequel un Pokemon, manifestement, ne sait pas sortir de son plan d'herbe et ne se balladera en tout cas jamais peinard en face de vous.

Avoir un jeu Pokemon en 3D où l'on verrait les créatures fuir, se rapprocher, attaquer bref avoir un comportement animal envers nous et dans lequel le but resterais de tous les attraper était un véritable rêve. Bien sûr, avoir un tel environnement remplis de vie est une mine à problème technique qui demanderait du temps et beaucoup d'argent. (Pas que Nintendo en ait pas... Mais bon)

Et là sortit Pokemon Snap

Un développement houleux

L'air de rien, l'histoire de Pokemon Snap est assez intéressante et je tiens à remercier tout particulier le site Unseen 64 pour me l'avoir fait découvrir. A l'époque effectivement, Nintendo misait énormément sur le fameux DD64 et un certain nombre de jeu y ont été annoncé tel Zelda : Ocarina of time ou le fameux Mother 3 dans sa version 64.


La transition SNES/N64 est sans doute la partie de l'histoire de Nintendo la plus fascinante.
Toujours est-il que ce truc était ambitieux.


Le DD64 avait plusieurs particularité comme le fait d'avoir l'heure. Cela a entrainé des concepts assez intéressant comme Animal Forest (qui deviendra par la suite le Animal Crossing que nous connaissons tous) qui essayait, déjà à l'époque sur N64 de stocker son village sur le disque, d'utiliser un modem pour visiter le village de ses amis et d'utiliser l'horloge interne du 64DD. Il y'avait également le concept de Jack and the Beanstalk, jeu extrêmement ambitieux qui souhaitait inventer un nouveau genre de jeu en exploitant au maximum les possibilités du DD64. Un genre de jeu où l'on prendrait des photos...

Cependant, la motivation pour lequel les photos devaient être prise n'étaient pas claire même au fur et à mesure que le projet avançait. Nintendo décida alors d'incorporer la franchise "Pokemon" ce qui permis grandement de rediriger le projet. La décision ne se fit pas sans heurt et le projet qui devait être très scénarisé le fut bien moins au grand dam du Lead Game Designer de l'époque. Il fut cependant ravi de voir que cela a permis à son équipe de retrouver la motivation de faire un jeu pas comme les autres.


Malgré cette nouvelle direction, la team de Pokemon Snap se fait fièrement appeler la team "Jack and Beans".
Ce nom apparait à l'opening du jeu final, dernier vestige du projet d'origine.


Cependant, nous le savons tous : le DD64 fut un échec, Zelda : Ocarina of time et sa suite Majora's Mask sont sortis sous format cartouche avec des ambitions amoindris. Mother 3 disparut jusqu'à réapparaitre sur GBA mais bien plus tard. Animal Forest sortit en cartouche et demandait au joueur d'inscrire l'heure actuelle à chaque début de partie. (Ouais ouais, truc bien lourd...) Pokemon Snap, lui aussi changea donc également, nul ne saura jamais quels ont été les changements qu'ont apporté cette décision puisque le principe semble assez similaire sur l'unique vidéo de la version DD64 existante.

Tout cela explique une chose : Le fait que contrairement à un Pokemon Pinball dans lequel on fout Pokemon dans un jeu de flipper avec ses spécificités, contrairement à un Pokemon TGC dans lequel les développeurs ont simplement mis les règles du jeu de carte dans un simili RPG. Pokemon Snap n'est pas "qu'un énième spin-off cherchant à surfer sur la vague Pokemon" même avec ses aspirations grandement revu à la baisse. Tout ça car il a été un jour un jeu avec une ambition extrêmement forte... Ce qui explique son côté assez étrange.

Ok Haga, c'est cool mais t'as toujours pas parlé du jeu là en fait.

Nous l'avons dit, il n'y a plus vraiment de scénario dans Pokemon Snap. Vous vous trouvez sur une île et vous allez devoir faire une sorte de Safari-Photo à partir d'un véhicule. Il est impossible de dévier du trajet prédéfini et votre but sera donc de regarder autour de vous pour prendre les plus belles photos de Pokemon possible. Voilà, c'est tout simple mais il fallait y songer.


On ne bouge plus...
Au Japon et en Amérique du Nord, les joueurs pouvaient amener leur jeu à une certaine suite de magasin pour imprimer la chose.
Sur Console Virtuelle, de façon surprenante, une fonction a été ajouté pour que l'on puisse sauvegarder les photos sur la Wii!


Bien entendu il est impossible de "mitrailler" efficacement et votre nombre de pellicule est de toute façon limité. Il vous faudra donc attendre le bon moment pour prendre la meilleurs des photos. Le jeu est un peu une sorte de Rail shooter puisque vous avancez sur un rail sans jamais pouvoir explorer aux alentours. C'est frustrant, mais c'est une des solutions trouvés au fait qu'il fallait pouvoir imiter un environnement remplis de vie. La seconde se trouve bien sûr dans le fait que la plupart des évènements sont scriptés. Si un Miaouss apparait devant vous, c'est du script! C'est encore une fois quelque chose d'assez frustrant, cependant, tout n'est pas passif dans Pokemon Snap.

Interaction limitée mais efficace

Oui car nous pouvons interagir avec l'environnement. Outre la possibilité anecdotique de modifier la vitesse de notre véhicule, ces possibilités se débloque au fur et à mesure de l'avancée du jeu et déclenchent souvent d'excellentes surprises. Si il y'a le plaisir simple de voir un Pokemon se précipiter sur l’appât que vous lui avez lancé, on ne peut que s'exclamer de surprise lorsque après l'avoir lancée entre deux Pokemons, les deux se tapent dessus pour récupérer l'objet convoité.


Ces Bulbizarres sont étrange... Non? Y'a surement un truc à faire...


Le monde est donc remplis d’interaction, comme une sorte de Zoo où il faudrait trouver où utiliser le meilleurs objet pour avoir la meilleurs réaction et ainsi prendre les meilleurs photos. Car bien sûr, l'objectif de faire de rechercher des réactions intéressantes de la part de nos bestioles favorites est de faire des photos suffisamment intéressant pour valoir un certain nombre de point.


Euuuuh, non mec, là y'a une poussée de lave grand max. moai1


Le professeur Chen, personnage plutôt connu dans l'univers se chargera en effet de noter chacune des photos que vous lui soumettrez selon plusieurs critères comme le "Taille" du Pokemon photographié, sa "Pose" (qu'il va souvent falloir provoquer) ou si le bestiaux est au centre de l'image. Comme tout système de notation de ce genre, Professeur Chen semble parfois un peu gâteux sur les notes attribués... Ennuyeux, car c'est en fonction des points qu'il donne que l'on débloque de nouveaux objets permettant une interaction et de nouveaux lieux à explorer. Mais c'est un moindre mal.


Nan mais sérieusement, d'où ce magnifique cadrage à rendre Ternou jaloux vaut moins de point que ce truc tout moche de gauche?
Heureusement que le joueur a le dernier mot sur les photos qui seront effectivement gardé pour le rapport Pokémon...


We are living, in a world of Poke-Pokemon.

C'était dans le cahier des charges et sans doute la chose la plus importante de Pokemon Snap. Il se devait d'avoir un univers emplis de vie et cohérent pour donner au joueur l'envie de le photographier. Si tout semblera peut être un peu morne pour le joueur d'aujourd'hui, c'était assez incroyable à l'époque de la Nintendo 64. Les "courses" (puisque l'on est sur un rail) sont extrêmement bien faite et bourrée de détail. Il faudra les faire, les refaire et les rerefaire (parfois avec d'autres objets que vous aurez débloqué pour provoquer des évènements) pour repérer tout les Pokemons cachés et réussir à bien les prendre.


Il y'a une véritable volonté de faire du monde de Pokemon Snap un lieu vivant et remplis de secret.


Mieux encore, les graphismes font sans doute parti du meilleurs que l'on a pu avoir sur N64 avant l'Expension Pack, notamment sur la modélisation des Pokemons qui est vraiment très réussie. Les musiques et bruitages sont en revanche assez anecdotique.

Be Pokemon or Be Dead

Pokemon Snap est donc un jeu assez original et au premier abord addictif... Mais malheureusement il montre assez rapidement des tares assez importantes. La plus importante étant bien sûr la durée de vie générale du soft ridiculement courte. Il y'a pas assez de niveaux, tout simplement (et le dernier est tout pourri moai1 ). Bien sûr, un même niveau doit se parcourir au moins 10 fois pour avoir VRAIMENT tout eu mais cela n'empêche pas une certaine lassitude assez dommageable quant on repense à l'euphorie de la découverte. Pokemon Snap a eu un développement plutôt long mais cela doit sans doute comprendre également Jack and the Beanstalk ce qui explique sans doute ce manque de contenu.


Les interactions entre les bestioles sont clairement l'atout du jeu.
Mais on en aurait voulu tellement plus... Bien plus...


On aurait également aimé avoir plus de Pokemon puisque le quota de 151 monstres n'est pas atteint. Certes, chacun d'entre eux ont un nombre d'animation plus intéressant qu'un Pokemon Stadium mais c'est bien parce que le jeu possède une base aussi excellente que l'on regrette que cela n'ait pas continué.

La fin de la pellicule

Grâce à la grande campagne Marketing de Nintendo, Pokemon Snap s'est tout de même vendu à plus de 1,5 Millions d'exemplaire. Encensé par la critique ayant apprécié son originalité et son concept plus étrange qu'il n'y parait. Le jeu n'est pas qu'à conseiller aux amateurs de la licence original mais également à ceux qui détestent cordialement Pokemon tant l'environnement et les différentes réactions des bestioles sont amusantes. En clair malgré son immense défaut sur la durée de vie, Pokemon Snap n'aura certainement pas inventé un genre mais il demeurera encore aujourd'hui un jeu définitivement marquant pour ceux qui l'ont essayé. De tout les jeux Pokemons existants, c'est celui-ci dont j'ai le plus envie de voir une suite... Mais bien plus ambitieuse.


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

The Misadventures of Tron Bonne

The Book of Watermarks

Tony Hawk's Skateboarding