Xbox 360   Nier   Action/Aventure   2010  PAR Haganeren 




Nier



Support : 360/PS3
Version : Anglaise sous titrage Français.
Développeur : Cavia
Editeur : Square Enix
Genre : Beat-em all/Aventure



Quant on y pense, "les bons jeux de Tonton Haga" sont le plus souvent soit des jeux de portable, soit des vieux jeu d'aventure sur PC, soit des choses plus vielles. (A l'exception peut être de Portal)
De base, ils étaient censés représenter mes petits coups de cœur personnels, souvent imparfait et avec des défauts mais m'ayant suffisamment marqués et se démarquant suffisamment pour offrir un intérêt à tous.
Et les consoles actuels? Pourquoi est-ce que j'en parle jamais? Tout les bons jeux seraient-ils déjà sortis?
Et bien non, ce petit Nier tout droit sortis des studios de Cavia (Drakengard) a toute les qualités requises pour qu'on en parle encore longtemps! (En tout cas moi j'en parlerais! D'abord!)

Non je ne suis pas Drakengard 3!

Un jeu de Cavia, manifestement beat-em all avec un scénario tragique? A prioi, on pense immédiatement au jeu ayant fait connaître le studio (du moins chez nous) : Drakengard.
Le décrire est difficile, Drakengard mériterait aussi une place en tant que review à part entière. Il mettait le joueur dans la peau de Kaim, un héros de guerre complètement fou et avide de revanche et de sang ayant troqué sa voix contre un pacte avec un dragon.
Le gameplay du jeu, à terre tout du moins (les phases de jeu en l'air, façon shmup 3D était déjà plus réussi à mon sens) était facilement l'un des plus infâme qu'il m'ait été donné de voir sur cette console. Moche au possible, raide et répétitif, voir Kain défoncer des armés d'ennemis un par un ne semble pas vraiment attirant. (Enfin perso, j'ai beau dire ça, cela ne m'a pas empêché de me faire plus ou moins hypnotiser par le truc et battre des centaines d'ennemis tous pareil avec le même combo m'a à peine gonflé passé la première heure!)
Mais la grande force du jeu se situait dans son ambiance apocalyptique et ses personnages qui ne veulent en aucun cas sauver le monde parce qu'ils sont "tout gentil tout bons", mais ont chacun leurs folies et leurs raisons de vouloir, à priori, le faire. Que des personnages intéressants en somme.
Les thèmes traités vont de la mort à la folie en passant par l'inceste, que du tout sérieux et du grand tragique.
En gros, l'ambiance, l'histoire, voire la bande son complètement folle sont vraiment extraordinaires et le reste euh... moins... <<''



Drakengard.... Ouais je sais, ça donne pas envie...


Nier, je l'ai pris dans l'optique de (re)voir tout cela avec un gameplay mieux foutu.
Et bien ça n'avait rien à voir.

Dad is angry

L'histoire nous met dans la peau d'un homme d'âge mûr (pour une fois! Il doit bien faire ses 50 ans d'ailleurs..), célibataire (où est passé la mère?) et avec un enfant à charge sous les bras qui est plus ou moins la seule chose qui compte pour lui dans la vie : Yonah.
Malheureusement pour Nier (enfin, c'est comme cela que j'ai appelé le héros), sa fille adorée se retrouve être atteinte d'une étrange maladie qui recouvre son corps de mots étranges : la nécrose runique.
Maladie apparemment sans remède, le paternel vit sa vie dans un village où il fait un peu office d'homme à tout faire tant que cela est payé et lui permet de subvenir à ses besoin, à lui et à sa fille.
Ce prétexte est évidemment prétexte à bon nombre de quête annexe, allant de la cueillette de matériaux jusqu'à l'extermination d'ombre, ces mystérieuses créatures qui envahissent de plus en plus le monde sans que personne ne sache vraiment pourquoi.
Papa est un vrai papa gâteau de sa fille et retournera le monde si il le faut pour trouver un remède contre la maladie de sa fille quant il entendra qu'il existe finalement peut être, c'est l'objectif du jeu.

Il finit après quelques péripéties par trouver un étrange grimoire, le Grimoire Weiss qui parlera et volera au coté de Nier pour le reste de l'aventure, lui permettant au passage d'utiliser divers sort de magie au passage.

Évidemment si on recommande aux parents attentifs qui ont un enfant malade de rester à son chevet pour combler leur besoin, ça ne sera pas le cas de Nier qui se mettra à parcourir le monde en quête des vers sacrés, supposément le seul moyen potentiel de mettre fin à la maladie.

Dad will kill you!

Nier se commande le plus simplement du monde, en bourinnant sur X. Divers combos peuvent être effectués à partir de là en fonction de la nature de l'arme. Si on reste appuyé sur ce bouton, Nier chargera son attaque pour déclencher un coup très puissant.
La touche Y déclenchera une attaque un peu plus particulière et inhérente à l'arme. Pour les épées par exemple, si on appuis sur Y en l'air, Nier abattra puissamment sa lame en défonçant le sol (et potentiellement, l'ennemi entre sa lame et le sol).
Que du très classique en somme, il y'a quelques subtilités intéressantes dans l'histoire mais globalement ça reste à peu près tout. On pourrait être déçu qu'il n'y ait pas plus de profondeur mais le contrat niveau gameplay reste remplis à mon sens.
La magie et les techniques ne sont pas en reste non plus.

Disons que les touches R1 R2 L1 et L2 de la 360 (bon, c'est LT RT et je sais plus quoi sur 360... m'enfin c'est pareil) sont assignables par le joueur qui y placera les magies et techniques qu'il souhaite.
Par exemple :
L1 : Esquive (SUPER important l'esquive... )
L2 : Giga OMG magie du coup de poing géant
R1 : Défense (Bof, j'utilise jamais la défense moi... Y'a l'esquive qui est plus sûr... )
R2 : Petit tir magique.

Le défaut de la chose étant qu'on va forcément avoir un peu la flemme de changer de magie à tout bout de champs.
J'avoue au final et non sans honte qu'il y'a certaine magies dont la description me revenait pas que je n'ai tout simplement jamais essayé!


Ceci dit, les magies sont souvent assez diversifiées...
Mais un moyen d'en changer plus facilement aurait peut être été préférable...


A part ça, notre papounet international sait aussi sauter et même faire un double saut en bafouant une bonne dizaine de lois physiques dans l'indifférence vidéoludique général mais ne sait pas encore faire le triple salto à la Mario non plus. Un peu de sérieux que diable!

I'm Mister Serious, did you call me?

Vous l'aurez compris, niveau gameplay le paris est remporté, c'est mieux que Drakengard! (Difficile de faire pire aussi.. ) Mais la grande différence entre les deux jeux n'est pas là mais plutôt au niveau de l'ambiance.

Pourtant, Nier est un jeu particulièrement dramatique où le thème de la mort, de la perte d'être cher est omniprésent, que ce soit dans la quête principale ou dans la -à priori- plus insignifiante quête annexe qui soit.

Le jeu se fait d'ailleurs un plaisir de montrer les personnalités torturés de ses héros. Que ce soit l'aveugle, égocentrique et bourrin Nier ou la grossière, psychopathe et non moins sensible Kainé , personnage féminin dont la tenue légère pourrait à priori choquer sur les images. Ne vous y trompez cependant pas, Kainé est peut être l'un des personnages les plus réussie et torturée qu'il m'ait été donné de voir dans un jeu vidéo japonais avec un background particulièrement bien raconté qui détonne avec son apparente vulgarité. Une vulgarité qui caractérise assez le personnage, que ce soit au niveau de la tenue comme du langage "très cru" avec lequel elle s'exprime.
D'autres protagonistes traverseront bien sûr la route de nos héros.(Moins je spoile, mieux je me porte)

Le grimoire Weiss, lui, hautain et narcissique révélera petit à petit une autre dimension du script du jeu : l'humour! Contrairement aux autres travaux de Calvia auxquels j'ai pu jouer (OK, t'en a qu'un...), Nier sait aussi faire la part de la plaisanterie et amuser le joueur avec cet humour japonais qui consiste à placer deux personnages excentriques dans le même dialogue et les voir s'engueuler pour des broutilles.
La grossière Kainé et l'hautain Wess remplissent ce rôle à merveille et il ne sera pas rare de voir un sourire se former au lèvre du joueur. (Enfin, si vous avez le même humour que moi... Je suis pas très difficile aussi..)

En tout cas, le jeu sait passer avec brio du tragique au marrant et ça, dans une ambiance de mort.


Un casting comme j'aimerais en voir plus souvent!


A la croisée des genres.

Dernier détail pour enterrer le fait que le jeu soit un Drakengard 3 (oui, j'y tient.. ) est le simple fait que le jeu ne soit pas un beat em all mais un jeu d'action/aventure à la Zelda.... (Ah oui, j'aurais peut être dû le dire depuis le début.. <<" )
Oui, il y'a des donjons et le joueur est suffisamment libre pour décider si il veut poursuivre la quête principale ou faire l'une des multiples quêtes annexes.
A noter que pour cela, Nier fait un peu office de "Zelda du pauvre", puisqu'il y'a très peu de donjon au final et que contrairement à Zelda, il n'y a pas d'endroit à passer en se servant d'un objet particulier obtenu ailleurs. Non, en cela, Nier est plus beat em all et propose de battre une multitude d'ennemis avec des moyens plus diversifiés que dans les chroniques du lutin vert tout en résolvant quelques énigmes pas bien folichonne.

Là où le jeu étonne une fois de plus c'est qu'en plus d'être à un tiers jeu d'action/aventure, un tiers beat em all bête et méchant, il s'accapare même un tiers de shoot em up, un tiers de plateforme 2D et un tiers de... Rho... Non... Je vais pas le spoiler celui là...

Ça fait quatre tiers...

Mais, imbécile, ça dépend de la grosseur des tiers! (Facile à placer cette référence... Mais c'était trop tentant... )
Dans les faits, le tiers de plateforme 2D fait plus office d'anecdote, de clins d'œil qu'autre chose. (Oui ARC, tu peux arrêter de rêver!) La partie shmup quant à elle est extrêmement présente durant tout le jeu.
Disons qu'en plus de son épée, Nier peut déclencher un petit tir façon shmup 3D sur les ennemis... C'est pas bien puissant mais plutôt utile sur les rares ennemis volants. (D'autant qu'il n'y a que ça pour les avoir, le jeu ne permet pas les combos aériens)
Les ennemis sont pas en reste et pourra des fois et sans crier gare délivrer une quantité astronomique de bullet à la tronche du joueur qui ne s'attendait vraiment pas à ça.
Et ça va loin! Les derniers boss délivrent des fois des attaques non seulement remplis de bullet mais allant même jusqu'à être esthétique à la manière d'un Touhou.. Les couleurs en moins. (Oui y'a que deux bullets, les bullets noires et les bullets rouge, toute en sprite 2D ce qui donne une impression vraiment bizarre et originale!)


Bullet incomming!
Je vous rassure, là y'en a peu.


Il est juste peut être dommage (histoire de rendre le jeu possible sans doute... ) que l'arme du héros puisse annuler ces bullets (comme le petit tir magique). Du coup, peu seront ceux qui s'amuseront à esquiver les patterns de bullet "à la shmup". (Haga lui c'est un true, on la lui fait pas, c'est comme ça qu'il fait... Et vu qu'il est nul il s'en est pris plein la face, croyez moi!)

En gros, Nier tient sa deuxième grande qualité avec la profondeur du scénario et des personnage ici. On est constamment surpris! L'inventivité du jeu étonne et détonne avec le reste du paysage vidéoludique et fait passer le jeu du rang de "bête beat em all à peine bien foutu" à "Expérience de jeu divers et original".


Ce qui empêche pas de défoncer de l'ombre par dizaine! Cool!


Le défaut de la chose est sans doute que oui, du coup, le coté beat em all manque peut être de profondeur, oui, la caméra d'un Zelda est sans doute pas faite pour esquiver des bullets, oui les phases de plateforme sont franchement pas dur mais bon, le jeu reste agréable et particulièrement amusant.

Le vrai problème cependant pour moi, tient peut être de la phase RPG (Oui, le héros monte de niveau après tout) qui permet au joueur de devenir très puissant très rapidement (pour peu qu'on s'intéresse tôt aux quêtes annexes et à la montée de niveau des armes) et donc de progresser dans le jeu sans trop de difficulté ce qui est dommage. Il y'a cependant j'ai trouvé un déséquilibre certains entre l'attaque et la défense.
Ainsi Nier est peut être trop facile dans le sens où les boss voit leur barre de vie rétrécir très rapidement mais est plutôt bien équilibré au niveau défense où les boss, pour peu qu'on les laisse s'exprimer savent faire plutôt mal au héros qui sera bien en peine si il n'a plus d'herbe médicinales (sérieux, n'en achetez pas et ne comptez que sur celles que vous trouvez, c'est vraiment plus marrant comme ça)

Le fait, dans un RPG, de devoir veiller à ne pas être "trop" fort pour ne pas se gâcher le jeu est un défaut selon moi, l'un de ceux que je reproche à Nier.(Le jeu a tout de même un poil de difficulté, Dieu merci... Mais il n'est pas vraiment dur.)


Un bon boss bien gros comme je les aime


En tout cas, pour finir avec la surprise qu'apporte le jeu, le jeu se permet des références parfois particulièrement osés (j'étais complètement hébété) à d'autres jeux! Dans une ambiance tragique, ça fait assez étrange... Et ça passe parfaitement bien! (Enfin pour moi en tout cas)

Tiens! Le monde est petit!

L'univers de Nier a été particulièrement travaillé, les différents villages ont chacune leurs us et coutumes, leur histoire, leur univers, leur philosophie, leur ambiance bien à elle. Certains villages sont particulièrement originaux et je ne suis pas prêt de les oublier.
Le revers de la médaille étant que, du coup, il y'a peu de village... Tout comme les donjons. Quant on a quelque chose d'aussi travaillé, bien sûr que l'on en veut plus!



Tout RPG qui se respecte aura toujours UN village à peu près paisible sans intérêt histoire que l'on puisse comparer avec d'autres....
Et c'est l'image que je montre pour vous garder la surprise. Il est pas merveilleux cet Haga?



Je serais en revanche moins gentil envers les donjons qui voient le gros de leur salle se répéter à la manière d'un vieux jeu NES qui n'avait pas assez de mémoire pour tout conserver. Se retaper 30 fois la même salle avec le même schéma à chaque fois est vraiment un point plutôt gonflant du jeu et son principal défaut je dirais. (Le level design des donjons est hélas pas vraiment au top mis à part quelques bonnes idées...)

La durée de vie malgré ça arrive à tenir plus d'une cinquantaine d'heure sans problème et je ne les ai pas vu passer! Ben oui, entre le scénario, l'humour, les personnages, les surprises et l'univers, on a tout de même rarement le temps de s'ennuyer!

Peut être un petit mot sur les quêtes annexes qui consiste majoritairement à aller chercher tel ou tel matériel qui n'est bien sûr disponible que sur un ennemi précis au fin fond d'un donjon... Autant dire que ce n'est pas extrêmement passionnant même si certaines sortent du lot. (Allez, j'avoue, j'en ai quasiment fait aucune... )



Les quêtes annexes permettent notamment de remplir le nombre d'arme disponible pour le héros... Ceci dit les armes ont trop peu de différences les une envers les autres.
Enfin de toute façon, vous serez amené à vous intéresser aux armes dans le jeu...



Et si on faisait plein de fin vachement cool?

Le jeu propose plusieurs fins à avoir les unes après les autres. (Si vous ne voulez pas vous spoiler cette partie, passez la, ceci dit je ne révèle absolument rien de l'intrigue, juste la manière dont sont agencée les fins)
Après la fin A, le joueur sera amené à refaire une certaine partie du jeu pour obtenir la fin B. (Avec son niveau actuel... En gros on rush et on défonce tout)

Lorsque j'ai vu ça, j'ai été particulièrement peu enthousiaste... Je veux dire... Pourquoi nous faire recommencer? On ne peut pas tout simplement faire un choix pour avoir une fin à la place d'une autre vers la fin du jeu?
Non, on ne peut pas et c'est tant mieux.
Durant le premier passage, le joueur se sera focalisé sur l'histoire principal.
Durant ce second passage, des scènes inédites se dévoilent et révèlent au joueur ce qu'il a réellement fait. Les affrontements, bien que facile niveau gameplay, voient leur tension augmenter grâce à ce qui est dévoilé. (Rien de sensationnel cependant... Juste très touchant)
....... Reste que, hors truc rajouté, c'est gonflant de devoir refaire tout ça....

En revanche, pour les fins C et D, on demande au joueur d'avoir toute les armes (ce qui est légitime) ET de recommencer ENCORE de refaire cette partie de jeu. C'est absolument injustifié et ne fait que perdre du temps.
Alors bon, au bout d'un moment, on connait le truc par cœur, on rush encore plus, on passe toute les cinématiques, on défonce les boss en moins d'une minute 30 (succès o/ ) et le truc se bâcle en 3 heures... Mais bon même!
D'autant que le problème d'avoir un scénario touchant c'est qu'il n'y a rien de plus ridicule quant on est pas touché justement.
Autant une scène larmoyante, la première fois, ça a son effet.
Autant la seconde fois, bon, ok.. (Il ne faut pas passer les cinématiques la seconde fois, il y'a plein de petites choses qui ont été rajoutés)
Autant la troisième fois, on se met à repérer les petits détails qui collent pas et on y croit plus. (Ceci dit, il n'y a VRAIMENT rien qui change durant toute les cinématiques par rapport à la seconde fois donc vous pouvez ne pas faire comme moi et tout passer jusqu'à la bataille finale où là, il y'a effectivement quelque chose qui change)

Bref, ça m'a un peu plombé le jeu sur la fin. (D'autant que moi j'ai du le finir une QUATRIEME fois parce que j'ai écraser ma save par une plus ancienne par erreur)

En dehors de tout ce qui a été dit. Faire les différentes fins, surtout la seconde, est particulièrement recommandé, la dernière fin réservant une surprise assez... Inhabituel à un gamer avertit.

Technique à la masse?

Il faut bien le reconnaitre, Nier ne fait pas le même effort graphique qu'un FFXIII ou même d'un Resonnance of Fate sur le même support. Cela semble avoir un impact assez négatif par rapport aux exigences que l'on peut avoir sur un jeu sortis aujourd'hui.
Personnellement j'ai trouvé le jeu plutôt réussi techniquement; les textures sont agréables, les personnages et ennemis plutôt bien modélisé, et je n'ai pas été franchement choqué par le fait que le héros puisse traverser le corps des cadavres qu'il a occis. (D'autant plus qu'ils disparaissent au bout de quelques instants) ou encore par le fait que l'arme passe à travers les murs en faisant un "Shling", au lieu de faire rebondir l'arme sur ce même mur en faisant toujours "Shling".
En cherchant loin, on peut admettre que cela soit un défaut...

On peut aussi peut être reprocher au jeu d'être un peu vide par endroit. Personnellement ça m'a permis de me rappeler les ambiances de Shadow of Colossus/ICO(notamment avec les jeux de lumière) et donc j'étais loin de considérer ça comme un défaut.

Toujours est-il qu'autant niveau technique y'a des choses à dire, autant niveau esthétisme et chara design je trouve que le jeu s'en sort avec les honneurs. (Même le héros que j'ai lu être effacé et peu charismatique, je l'ai trouvé absolument énorme perso... Et puis c'est si rare un héros vieux... ) Idem pour les musiques, principalement chantées qui reflètent bien le caractère épique et tragique de l'aventure.


Nan... Il pête la classe quoi! Non?


L'importance est dans la distinction

Le jeu n'est pas un jeu parfait.
Il ne s'agira peut être pas du "best gamer ever" de la 360; les différents défauts (peu de donjon, carte minuscule, gameplay peut être un peu trop "basique", pas au top graphique, le système de fin un poil lourdingue) plombent assez le jeu.
Cependant, les qualités et l'originalité (Histoire touchante, personnalités travaillées, ambiance magique, mélange de genre, constante surprise... ) du soft m'ont fait complètement oublier les défauts sus nommés, à tel point que c'est limite si je les ai découvert en écrivant cette review! (Je sais cependant que pour certaines autres personnes y ayant joué, ces défauts ont des fois été dérangeants... Cela sera peut être votre cas )
Personnellement, je vois ces défauts le plus souvent comme la résultat du fait que le titre s'"éparpille" tant entre les genres et les ambiances,. Un contrecoup regrettable de l'originalité du soft donc. Reste qu'il est agréable de voir, dans cette génération de console, un A-RPG osant sortir quelque peu des sentiers battus sous bien des aspects quitte à en négliger d'autres.
Nier, c'est un jeu à ressentir, pas à analyser.











Afterworld : Nier Gestalt et Nier Replicant?

Je me suis demandé un moment ce qu'était ces deux versions de Nier?
Il faut savoir que la version sortis chez nous est la version « Gestalt ». Le héros, Nier, y est un homme relativement âgé et père d'une fille comme nous avons pu le voir.

Et bien il s'est trouvé que pendant le développement, le studio s'est rendu compte (ou on a fait rendre compte au studio... ) que ce héros plutôt original était assez éloigné de ce que les Japonais ont l'habitude de jouer. (Vous savez, un adolescent qui découvre le monde... )
Alors pour éviter le bide commercial japonais, le studio a décidé de sortir une version du jeu en tout point identique à la première mais avec un nouveau héros 100% approuvé Japonais.


Lui...


Du coup, on a plus un père qui veut sauver sa fille mais un frère qui veut sauver sa sœur...
Oui, il n'y a QUE ça qui change et les développeurs eux même disent qu'il n'est absolument pas nécessaire de faire les deux versions. C'était juste une décision spéciale pour le Japon. (qui ont eu le droit aux deux versions et peuvent donc choisir)

A priori, Replicant ne devrait pas sortir chez nous.... Je ne pense pas que ça soit un très grand problème ceci dit, notre version étant celle pensé par les développeurs à la toute base.

Ils devraient faire ça plus souvent les studios Japonais... On aurait moins de héros « banalisés » dans les J RPG...


DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Fairune

Nier

The King of Fighters XII