Le Dossier Ys - Partie 1 : Des racines légendaires   PAR Haganeren 





Versions de Ys : L'avancée D





Version PC-Engine CD
~ Une vitrine pour la console. ~

Ys 1 avait déjà eu beaucoup de portage, tout allait très vite à l'époque ! Un employé de Hudson Hiromasa Iwasaki raconte que c'est alors qu'il jouait à Ys 2 que son patron est venu le voir en lui disant « Et si on faisait une compilation du premier et du second sur notre PC-Engine CD ? ». L'idée était alors de prouver la supériorité du CD-Rom par rapport aux cartouches avec une argument marketing simple : Dans un CD, on est capable de mettre les DEUX jeux comme une grande aventure... Tout cela dû se passer en 1988, bien avant l'arrivée de la Playstation. Ils proposèrent alors l'idée à Falcom qui accepta tant que Hudson se chargeait du portage... Ce qu'ils firent avec joie.


Les cinématiques d'intro peuvent paraitre un peu daté aujourd'hui... Mais à l'époque c'était toujours quelque chose !
Même celle de Ys 2 s'en retrouve fortement amélioré à peine 1 an après sa sortie originel, et pas juste la tête de Lilia qui tourne !


Ys Book 1 & 2 sur PC Engine CD débarqua au Japon en 1989 est j'ai beaucoup mis ce fait en avant sur ma frise chronologique des sorties.... Sans doute à tord en vrai, mais elle est la première à mettre ensemble les deux jeux... Et sans doute la seule version a les combiner aussi bien... Elle est aussi la grande sortie qui motiva Hudson a faire un Ys IV « à eux » sur leur console alors que Falcom fournissait seulement le pitch de départ prouvant à quel point les deux compagnies étaient proches à ce moment.
L'idée du jeu était donc simple : Promouvoir leur console à travers un portage largement supérieur, rajoutant quelques passages et montrant la puissance du CD-Rom à travers de l'OST ou les voix parlé dans quelques scènes du jeu ou même ne pas hésiter à utiliser des sprites gigantesque montrant les personnages !

Et c'est une incroyable réussite. Ys Book 1 & 2 est vraiment l'un des jeux qui définissent le mieux la PC Engine CD... Surtout aussi tôt dans la vie de la console ! Les sprites tout petits nous fait garder à l'esprit qu'il s'agit d'une console 8 bits pourtant, les pistes CDs explosent dans des remixs rocks des thèmes ce qui semble aujourd'hui à la limite de l'anachronique.. Au point que les quelques musiques faites avec le processeur sonore de la console pour économiser de la place font vraiment tâche... Mais on est en 1989 ! La SNES n'était même pas sorti ! C'était fou ! Rajoutez à cela ces moments toujours spéciaux où la musique se calme pour laisser place à des voix dotés d'un cast américain franchement pas immonde pour un jeu sorti sur ce territoire en 1990. Bon bien sûr, les tons sont très stéréotypés mais le tout est plutôt convainquant et beaucoup des acteurs sont encore en activité aujourd'hui à faire des seconds rôles ici et là.... Genre Michael Bell qui fait Dark Fact et qu'on retrouvera bien plus tard sur Metal Gear Solid 3 sous les traits de The Fear. Amusant, non ?
Les progrès ne sont pas que sonores cependant avec de nombreux ajouts graphiques ici et là pour diversifier le jeu, beaucoup plus de détail lors de l'animation de Lilia qui révèle Adol ( elle cligne peut être un peu trop des yeux... ) et surtout l'ajout d'un scrolling extrêmement fluide ! Pour compenser le jeu est un poil plus lent ce qui le rend accessible et le défilement des nuages du temple de Salomon est assez saccadé... En effet, la PC Engine CD avait un peu de mal avec la parallax mais nous aurons l'occasion d'en parler lors de son portage de Ys III.


Feena me parle ! Et c'est Debi Derryberry, l'actrice qui fait les Aliens de Toy Story ! Les versions modernes de Ys n'ont pas de voix du coup c'est toujours aussi étrange !
Dalles me parle ! Et c'est Jim Cummings, l'acteur qui fait Winny l'Ourson ! On le reconnait pas du tout avec sa voix creepy et son rire diabolique quand il se barre...


Hiromasa Iwasaki parla beaucoup de sa démarche lors de la création de ce portage, notamment pour des modifications de script afin de rendre bien plus clair le scénario du jeu. C'est assez intéressant puisqu'il s'agit d'un vrai fan du jeu de l'époque qui devait s'occuper de parfois étendre l'univers d'un mec qui n'était même plus dans la boite.. Et oui, ils étaient déjà parti à Quintet ! Le seul qui restait de l'équipe originel fut Tomo Yamane qui en vrai a aussi très largement contribué au scénario même si j'ai surtout présenté Miyazaki. Un personnage que l'on retrouvera notamment dans les Tengai Makyou 2 et 4, comme quoi le monde est petit.

Bref, plein de questions venaient en tête de Iwazaki ! D'où viennent les déesses qui ont créé la Black Pearl, cet artefact permettant la magie ? Puisque cette dernière a été scellé au moment où Darm en surgit, comment Ys a-t-il pu se mettre à voler... Puisque par définition y'avait plus de magie ? Puisque Darm est scellé au fond de la mine abandonnée de Ys 1, après le boss chauve-souris, quel besoin a Adol de voler jusqu'au continent volant de Ys ?


Les salles de boss ont maintenant ce petit signe sur le sol et la version PC Engine CD précise même à quel prêtre correspond le boss !
Bon, du coup, Ys 2 faisait un peu redondant... Mais si on était pas allé sur l'île flottante, on aurait jamais pu visiter ces jolies montagnes enneigées !


A ces questions et bien d'autres, Yamane su répondre avec précision : « Boarf, c'est pas grave au pire, go ! » (oui, il a un tic de language qui fait qu'il finit ses phrases par « go » comme Naruto finit ses phrases par « dattebayo »)... Alors, dans sa démarche de fan, il décida de créer son petit setting personnel, Clarifiant que le minerait extrait dans les mines devait être indistinguable de l'argent tant qu'un pouvoir magique ne les touchait pas ( un peu comme le rapport entre le plutonium et la radioactivité), que les déesses devaient venir d'une autre dimension et qu'elles ont crée la perle noire ou enfin que l'on va dans le continent volant juste pour briser le dernier bouclier qui fait apparaître la porte qui mène à Darm. Il appris aussi le plan originel de Ys 1 et 2, la manière dont chaque boss était censé représenter un prêtre de Ys et décide de placer le symbole de Ys dans chaque salle de boss avec un point pour représenter de quel prêtre il s'agit, classe ! C'est encore aujourd'hui la seule version à aller jusqu'à représenter le prêtre en question...

Mais son apport le plus visible en vrai, c'est cette nouvelle intro au début du jeu avec une musique de Ys 1, le « Theme of Adol » qui était inutilisé dans le jeu originel : du bonheur ! Au début on explique qui était cette mystérieuse contrée de Ys avant de montrer un Adol qui va sur l'île d'Esteria peinard en bateau...... Et il coule pas ! Tout le setting de l'île que l'on ne peut accoster à cause des tempêtes fut retiré de cette version avec la permission de Yamane qui disait que de toute façon, ils avaient fait ça « juste pour l'ambiance ». Iwazaki trouvant que les habitants ne mentionnaient jamais ce fait de toute façon et paraissait bien détendu pour une île coupé du monde depuis 6 mois. Du coup, Adol arrive peinard au port, un fait rare dans ses aventures, et se fait accoster par Sara la diseuses de bonne aventure ce qui permet au joueur de ne pas aller à la chercher. Par contre, j'ai pas eu d'explication sur pourquoi cette version est la seule où l'un des personnages ne se fait pas assassiner mais "disparait seulement parce qu'il a peur d'être assassiné"... En plus, il ré apparait même pas à la traditionnelle fin du jeu où on revoit tout le monde... Bizarre.


L'animation et le script : Dogi le briseur de mur et Adol le madman !


En réalité, mis à part pour cette nouvelle cinématique, Iwazaki ne toucha quasi pas au script Japonais. Ys 1 et 2 étaient tellement populaires à ce moment qu'il n'osait pas trop toucher le texte de peur que les fans en soient déçu. Il se fit cependant assez plaisir pour la version US du jeu, traduite par John Greiner, il avait l'habitude de lui donner directement ses modifications pour qu'il les place en anglais directement dans le jeu. Sans doute grâce à cette proche collaboration, la localisation finale est vraiment très bonne pour l'époque et Iwazaki déclara même que la version US est la meilleurs !

Pour le reste, le portage est excellent avec quelques changements bienvenue ici et là... Par exemple, la vue que l'on a lorsqu'on va dans l'annexe de la tour de Darm permet d'apercevoir les deux villages du jeu au loin, une petite touche très sympathique ! Aussi, le jeu est globalement plus simple dans son équilibrage que sur les versions précédentes. Les level up sont moins marqué mais plus fréquent rendant le grind plus rewardant. En plus, un système sauvegarde automatiquement après des moments importants alors que les versions d'origine obligeait à reprendre une partie parfois très vielle si le joueur a oublié de sauvegardé. La physique du bump des ennemis a été changé pour simplifier la vie du joueur ( les ennemis sont envoyé plus loin pour qu'on soit moins toujours dessus) quitte à ce qu'ils paraissent un peu moins consistant en retour. Les stats sont globalement revu à la baisse rendant le début de Ys 1 super simple... D'ailleurs vu qu'on a pas ce gros moment où on peut plus gagner de niveau au milieu de Ys 1 (même si les ennemis ne rapporte plus trop d'expérience pour compenser) ça signifie qu'on prend un peu d'avance durant Darm Tower ce qui permet d'éviter le grind du début de Ys 2 également, chouette !


Ys 1 a toujours son bump system très simple, ici, je ne fais aucun dégât à l'ennemi tout en le repoussant, va falloir que je m'arrache de là...
Dans Ys 2, balancer des boules de feu aux boss permet de les diversifier un tant soit peu...


En vrai la transition entre Ys 1 et Ys 2 se fait avec seulement la célèbre cinématique To Make The End Of Battle en coupure... Une fois fini, le joueur voit son inventaire et écran de statut changer mais absolument pas ses stats ce qui est sans doute le meilleur exemple de fusion entre les deux jeux que la série ait proposé. ( En vrai, y'en a pas tant que ça )

Je crois que le seul défaut que j'ai noté, c'est la physique des boules de feu qui font « reculer » les ennemis... Comprendre que si ils allaient dans la direction opposé de moi, ils reculaient « vers moi » ce qui peut potentiellement me donner des dégâts. Un truc un peu idiot que l'on ne voit pas dans les autres versions. C'est bien la seule ombre au tableau de ce qui est encore aujourd'hui l'une des meilleurs versions de la série avec son chara design super nineties et ses musiques CDs. Cette version est évidemment très populaire aux Etats Unis où Ys était devenu synonyme de PC Engine mais également au Japon où les avancements technologiques de la consoles de NEC Hudson impressionnait. C'est sans doute la popularité de cet épisode qui a poussé Falcom a développer des jeux en interne sur cette machine comme Legend of Xanadu. En vrai, on est pas prêt d'arrêter d'entendre parler de cette version puisque après sa sortie sur Console Virtuelle sur Wii la voici annoncé parmis les jeux de la PC Engine Mini, une excellente nouvelle pour qui n'a jamais connu cette drôle de console !



Cet effet est saisissant ! Regardez ! On peut voir Minea la ville de départ toute carré dans le fond !


Retourner à l'indexCommenter sur le forum



Versions de Ys : L'avancée D






A propos de Ys Book I & II (A-RPG) sortis en 1989 sur PC-Engine / TurboGrafx-16

DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Pandora's Tower

Dragon Slayer : The Legend of Heroes

Might and Magic Book One: The Secret of the Inner Sanctum