Le Dossier Ys - Partie 1 : Des racines légendaires   PAR Haganeren 





Versions de Ys : L'âge tristoune





Version X68000
~ Galerie des horreurs ~

Le 19 juillet 1991 marque la sortie de Ys sur X68000, de loin le plus puissant micro-ordinateur japonais de l'époque, une machine extrêmement chère. Dempa est un grand habitué des conversions sur cette machine et a en réalité fait un boulot honorable dans le fait de rendre le scrolling du jeu extrêmement beau ainsi que sur une résolution encore jamais vu pour le jeu.....

…. Par contre, il va falloir qu'on m'explique la DA. Je ne la comprends pas... Adol a perdu ses proportions « Super Deformed » et prend à présent deux cases. Ironiquement ça donne l'impression d'un jeu globalement plus zoomé et pas forcément agréable à jouer. Dans l'optique où leurs autres conversions semblent ne pas changer la direction artistique aussi drastiquement, je ne peux qu'imaginer que Falcom était d'accord même si absolument aucune information à ce sujet est à ma disposition... Et c'est encore plus bizarre !


Le jeu change complètement la disposition de la ville de départ en mettant cette place entouré de bâtiment au milieu... Qui ne sert à rien.
Sinon, l'artstyle donne un coté "réaliste" assez dérangeant qui donne l'impression bizarre de pouvoir aller dans le monde d'Ys en voiture à la campagne...


En vrai, j'ai pu trouver des témoignages de Japonais stipulant que le jeu était particulièrement impressionnant pour 1991 avec même une petite rivalité entre ceux-bien plus nombreux-qui préfèrent la version PC Engine CD. Mais là franchement vraiment, les couleurs sont délavés, le jeu a un coté « réaliste » qui ne marche juste pas avec les textures très répétitives qu'il y'a sur les différents murs du jeu. Cela se voit particulièrement dans Darm Tower ultra dépressive avec ses murs tout gris là où la version PC-88 montrait plein de brique bleus finalement plus intéressante visuellement. Tout semble vide dans cette version, et ultra inconfortable, ils ont rajouté un énorme batiment en plein milieu de la ville qui ne sert à... Rien... Je crois que le seul donjon où les graphismes sont pas trop gênant c'est celui de la mine où les rochers sont pas trop mal refait... Mais de l'autre coté c'est justement le donjon où on ne voit qu'à travers un petit cercle de lumière donc bon...

Graphiquement, le jeu a un effet dont il est très friand avec les liquides notamment l'eau de la cascade ajouté prêt des voleurs et la lave de la salle de boss de la chauve souris ainsi que dans le combat contre Dark Fact... C'est que des choses qui n'existaient pas dans le jeu originel et ça résume un peu le jeu en vrai, dans sa volonté de nous en mettre plein la vue, il en oublie simplement l'utilité de ce qu'il fait et le résultat final... Pour être honnête cet effet, il fait un peu bizarre de nos jours....
Musicalement par contre, il n'y a pas grand chose à redire, le X68k est un ordinateur puissant largement capable de reproduire les mélodies d'un PC-88 que ce soit ses mélodies un peu dynamique Palace of Destruction comme ou plus complexe avec Tower of the Shadow of Death. C'est pas mal fait avec des instruments différents reprenant la mélodie en fonction des situations... Mais je sais pas, moi je les trouve un peu tristounette ces remixs... Mais c'est peut être l'ambiance du jeu qui m'a infecté...


Un gif de la cascade... Et encore la compression vidéo va forcément enlever des détails et ça a même pas l'air de boucler sur soi même comme effet... Très bizarre. Contre Darm, cet effet change de couleur ce qui rend pas si mal en vrai.


L'overworld semble avoir eu un problème avec la volonté de faire des proportions réalistes : Il devenait du coup impossible pour le joueur de passer « derrière » un arbre : Un vrai arbre aux proportions réalistes est juste beaucoup trop grand pour une vue de dessus si le héros lui même est aussi gros... Du coup, on ne retrouve plus d'arbre en plein milieu d'un champ par exemple, il n'y a que des rangées d'arbres qui mènent à deux chemins, l'un vers la mine et l'autre vers le second village. Cela rajoute au coté ultra étriqué et dérangeant du jeu. En plus, il semble avoir perdu les quêtes permettant de gagner de l'argent facilement même si pour compenser d'autres quêtes semblent avoir été rajouté.

Lorsqu'on sort dehors, on se fait assaillir par un très grand nombre de monstre, bien plus que dans les autres versions. Pour être honnête, cet assaut ininterrompu donne vraiment pas l'impression d'un jeu de qualité, j'ai l'impression de me retrouver sur mes vieux sharewares macintosh de quand j'étais petit. Pourtant, étonnamment, la courbe de difficulté va plutôt dans le sens du joueur. Les ennemis sont si nombreux qu'il est très facile de gagner de l'expérience et de l'argent à un point où le fait de ne pas avoir les quêtes pour en gagner ne pose pas vraiment problème !


Sortez dehors et faites vous submerger par des hommes hérissons ! C'est comme ça que je me souviens de Ys... Par contre, bizarrement, le coté un peu plus "organique" de la tour de Darm me rappelle l'anime de Ys. Avec un peu plus de détail j'aurais pu vraiment aimer mais là ça reste trop fade.


Mais le clou du spectacle, oh, la plus grande beauté, c'est bien les portraits qui sont ici absurdement réaliste, donnant un coté creepy affreux au jeu. En vrai, ça fait un peu penser au troisième jeux Zelda sur Cdi, avec ses personnages réalistes dans un monde de fantasy ce qui a tendance à complètement le gâcher.... Ou à certains vieux RPG Occidentaux. En vrai c'est un peu le highlight du jeu, on regrettera même que les développeurs n'aient pas rajouté de portrait à des instants clés comme pour la version PC Engine CD tellement ils peuvent rendre inconfortable... Je crois que mon préféré au final, c'est Dogi... Il a même pas de portrait mais bon sang ce sprite ! On dirait Kadock de la série Kaamelot, c'est absurde !

De manière totalement incongrus cependant, le premier portrait qui accueille le joueur lançant le jeu est celui d'un artiste bien connu : Yoshitaka Amano. Le célèbre illustrateur de Final Fantasy a ainsi représenté « sa » vision de Feena que l'on trouvait jusque là dans toutes les versions nues et avec la Dark Pearl entre les mains cachant son corps. Ses cheveux sont bleus et éparpillé dans tous les sens. Chez Amano, on retrouve son style androgyne ultra caractéristique, Feena a maintenant les cheveux blonds qui s'étend encore plus partout sur l'écran alors que l'on voit surtout sa tête. C'est assez surréaliste de voir une œuvre de cet homme ici... Et franchement, ça aurait donné envie de voir tout le jeu fait avec ce style de portrait... Ca aurait été très étrange mais pas dénué d'intérêt....


Les portraits actuels sont euh... Bon en vrai c'est surtout les marchands qui sont dérangeant m'enfin ch'ais pas, même le garde romain semble être agressif ! De son coté, Dogi semble vraiment pas être une flèche...


… Parce que là, une fois la surprise passée, on se retrouve quand même devant la version la plus tristounette du jeu jamais produite....
Ironiquement, ce coté un peu "réaliste" de l'ensemble colle finalement assez bien au coté "naturaliste" de l'introduction du livret du jeu... Sans doute un hasard.










Versions Saturn
~ Un Ys sous budget ~


Retour sur console ! En réalité, la version PC Engine CD de Ys 1&2 fut tellement bien qu'aucun portage SNES ou Megadrive ne vit le jour ( faut dire que ses dernières étaient plus occupé à accueillir Ys III ), du coup il faut attendre la Saturn en 1997 pour un nouveau remake avec les compilation « Falcom Classics » développé par Falcom et édité par Victor ( les mecs qui avaient fait le remake NES ). Malheureusement, il s'agit d'un remake qui semble avoir été fait avec un budget plutôt limité. Certes, on a des portraits pour les gens importants (encore heureux !) avec un nouveau chara design mais ne pas avoir de scène cinématique en intro est plutôt décevant... En plus, les nouveaux arrangements musicaux font très « Midi », loin des éclats du PC Engine CD, tout cela manque juste d'impact... En plus, allez savoir pourquoi ces musiques sont super basses et il faut bien monter le son de la télé pour les entendre. Au moins le 8 bits du PC-88 s'entendait bien ! Il y'a  un « Saturn Mode » et un « Original Mode » mais après une bonne heure à vérifier, j'en ai conclu que cela n'avait réellement d'impact que sur le menu qui est un poil différent.... Mouais...


L'intérêt de la version Saturn, c'est avant tout ses portraits, ils sont même plus nombreux que sur PC Engine CD !
Pour le reste, c'est plus joli et très jouable mais... Je trouve la gamme de couleur très fade.


Les graphismes sont censé être plus joli que tout ce qui existait avant mais pour être honnête, je trouve le ton des couleurs assez blafards, c'est vraiment pas une version que j'apprécie plus que ça... C'est dommage parce que par contre, en terme de gameplay, elle est exceptionnelle ! La version Saturn est celle qui rajoute le fait de courir pour Adol ( je crois que c'est la version où il va le plus vite !) et d'effectuer des déplacements diagonaux ce qui change pas mal de chose ! Déjà, ça rend les combats d'autant plus simple puisqu'avoir un ennemi en diagonal permet rarement de se prendre un coup... Pour compenser les ennemis à qui on ne fait aucun dégât reste collé à notre épée, il est dur de s'en débarrasser et on peut mourir bêtement. En plus, le jeu est aussi long à faire grinder le joueur que dans les premières versions du jeu ignorant ainsi le travail d'équilibrage fait pour la PC Engine CD.... Pourtant, on peut sentir un peu d'intention dans ce portage, il est le seul à avoir un sprite différent pour chaque partie d'équipement d'Adol, chaque armure, chaque épée et chaque bouclier a ainsi son petit sprite visible dans le jeu en mouvement. Mieux, les boss semblent globalement amélioré, cela se voit notamment avec le tout premier et ses longues langues de feu qui m'est toujours apparu comme un peu compliqué pour un premier boss. Dans cette version, les langues de flammes sont lentes et prévisible au début et ce n'est qu'à la toute fin qu'elles deviennent erratiques comme le boss normal doit l'être.

Du coup, Falcom Classics 2 sorti en 1998 avec Ys II qui est... Un peu mieux. Il y'a une petite intro en anime qui présente la très culte intro de Ys 2... Pour être honnête je ne pense pas qu'ils avaient le choix sur ce coup là. Et même là, la qualité d'animation est très discutable et le son ne semble pas très bien exploité lors du combat entre Dark Fact et Adol. Tout cela semble décidément un peu décevant mais c'est mieux qu'avant ! D'ailleurs, le jeu comprend des scènes de Ys 1 en anime avec des vrais voix ! Certains pensent que c'est pour s'excuser du manque de voix du premier volet, moi je pense que c'est juste un récapitulatif pour ceux qui ont pas acheté le premier volume. Toujours est il qu'en jouant au jeu, on remarque que la maniabilité n'a pas été changé mis à part peut être un Dash moins bourrin. Les collisions sont toujours pas super sympas avec le joueur pour compenser le fait de pouvoir aller en diagonal par contre, je remarque que le son semble plus fort (ou alors je tendais juste plus l'oreille ? ) et que les couleurs semblent un peu plus coloré. La première zone montre même que la zone de jeu est au dessus des nuages, cool non ?


Les décors plus diversifiés de Ys 2 sont peut être la vraie raison pour laquelle le jeu m'est apparu comme plus coloré...
Par contre, l'effet de feu lors du combat contre Darm est d'une grande tristesse.


En vrai, sur les images, je me surprends à trouver ces remakes pas si dégueu mais... Y'a pas quand j'y joue, je les trouve toujours un peu "boarf". C'est peut être les compositions musicales... Ou le coté très "rétro" de la quête malgré les graphismes largement améliorés.

Retourner à l'indexCommenter sur le forum



Versions de Ys : L'âge tristoune






A propos de Ys (A-RPG) sortis en 1991 sur Sharp X68000

DANS LE MÊME GENRE

SORTI LA MÊME ANNÉE

SORTI SUR LA MÊME CONSOLE

Ys Eternal

Castlevania II : Belmont's Revenge

Prince of Persia